Je souhaite une bonne et belle année 2013 pleine de vroum-vroum et de pling-pling à tous les Blenheim-gangers avec ces dix vieilleries de 2012 qui ont régalé mes oreilles et charmé mes tympans (ou vice-versa).

Allah La’s Long Journey

allah-las

Les Allah La’s, petit combo de Californie, nous rejoue la musique garage des 60′s avec vue sur la mer, une espèce de surf-music sous Léxomil. Pas forcément très original mais tout à fait à mon (bon) goût. Groupe découvert sur les ondes de FIP entre deux couches de jazz trop free pour être écoutable et de World Music bien-pensante pour malentendants.

Django Django Love’s Dart

django-django

Django Django est un groupe écossais au nom bizarre bizarre. Ils ont des percus en carton et en cosses de noix de coco. Ils ont l’air un peu pince-sans-rire-qui n’en-pensent-pas-moins. Ils mélangent Electro et Pop avec de petites touches psyché, notamment dans les répétitions rythmiques et les choeurs.

Dr John Revolution

dr-john

Le vieux docteur n’est pas encore souffreteux et il lâche en 2012 un alboum que bien des djeune’s n’ont pas l’énergie de pondre. Un savant mélange de soul, de pianos déglingués, de cuivres chauds et de têtes de poulets vaudous. Sur Revolution, s’y ajoute un petit solo d’orgue façon garage qui me met en joie.

Hooded Fang Tosta Mista

hooded-fang

Originaires de Toronto, Hooded Fang (« Canine aux paupières tombantes » ou « canine cagoulée » selon un traducteur-web) lance des beats 60′s, des guitares aux échos surf, des zoulies mélodies avec des petits choeurs et la structure de Tosta Mista est légèrement foutraque façon franchement répétitive : tout ceci est parfait pour mes oreilles.

Jack White Weep Themselves to Sleep

jack-white

Jack White pond des mélodies imparables et met en place les arrangements rock amerloque léchés qui vont bien. Mais alors pourquoi ce premier album solo est-il un peu chiant ? Parce qu’on pense trop souvent aux Raconteurs et pas assez aux White Stripes en l’écoutant ? Bien possible.
Jack White, génie has-been qui a déjà tout dit ? Rien n’est moins sûr !

Jake Bugg Lighting Bolt

jake-bugg

De son vrai nom, Jacob Edwin Kennedy, Jake Bugg est un jeune chanteur britannique né en 1994 (gloups) qui aime (sans doute un peu trop) le folk et la country. Parfois, le mélange à la sauce pop anglaise est bien dosé et la mayonnaise prend dans mes oreilles (ça dégouline) comme sur Lightning Bolt.

Lonely LoeB Psyche Stoner Tremolo

lonely-loeb

Lonely LoeB a récupéré le vieux Mac de Christine avec GarageBand installé dessus (ou dedans, ça dépend où on se place). Catalyseur suffisant pour le remettre à la guitare électrique mais pas assez puissant pour lui redonner de la voix (à suivre en 2013 ?).

Tame Impala Keep On Lying

tame-impala

Tame Impala, révélation psyché de l’autre côté du monde en 2010, a sorti son deuxième alboum en 2012. Après une surprenante surprise en ouverture, il m’a fallut attendre la 8e plage pour que les synthés et les mélodies Bee-Gees laissent enfin place à une envoutante scie psychédélique (surtout à partir du solo), à écouter en boucle.

Pond Fantastic Explosion Of Time

pond

Cinq australiens, dont 2 transfuges de Tame Impala, forment Pond. Assez logiquement, on retrouve dans leur alboum le goût des sonorités psychés mais aussi un penchant nettement plus marqué pour la sauvagerie que leurs aînés (point de Bee-Gees à l’horizon). Essai transformé.

Violens Der Microar

violens

Oh, du Shoegaze nouillorkais sans guitares wha-wha saturées… Passée la surprise, on se rend compte que le Shoegaze sans distorsion, ça ressemble beaucoup à de la variété-pop-anglo-saxonne-de-base et on passe à autre chose ! Mais on garde quand même Der Microar pour faire la dizaine.

A propos de l'auteur

Enfant, Regaloeb écoute Georges Brassens, Guy Béart et, surtout Charles Trenet. A 9-10 ans, il découvre les Beatles, les Beach Boys, les Kinks et les Who et il adore ! De mauvais choix esthétiques l'amènent ensuite à écouter Kiss mais heureusement pour lui, à l'été 1978, son grand frère va en vacances en Angleterre et il revient avec les Jam et les Buzzcocks ! Alors, c'est la folie punk/new wave/mods anglaise avec les Stranglers, les Undertones, Joe Jackson, Elvis Costello, XTC, les Lambrettas, Generation X, le grand retour du ska avec Madness, les Specials, les Selecters. Il y a aussi les Dogs, Edith Nylon, Marie et les Garçons, Ultraviolet, Oberkampf ou Métal Urbain pour le rock français. Mais trop rapidement, les années 80 naissantes laissent un goût amer avec toute cette daube-variétoche-électronique-danse-TOP50 comme Wham ou Dépeche Mode et le retour en force des horribles hard rockers avec AC/DC, Iron Maiden ou Europe. Regaloeb se tourne alors vers le 60's punk grâce aux premières compilations EVA. Depuis, à part quelques retours au monde moderne pour Blur, Nirvana, QOTSA ou les Libertines, il reste globalement bloqué entre 1964 et 1968 !

2 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.