Il ne fait nul doute que la Ferrari Modulo de Pininfarina est le concept-car le plus spectaculaire jamais réalisé. Impressionnant encore aujourd’hui, il est facile d’imaginer l’effet qu’il produisit sur les visiteurs du salon de Genève 1970 lorsqu’il fut présenté pour la première fois. Flashback.

Paolo Martin

L’impressionnante voiture a été dessinée quelques années, plus tôt, en 1968 par Paolo Martin. Le designer est en train de travailler sur la planche de bord de la Rolls-Royce Camargue, ce qui, à ne pas en douter, ne devait pas le passionner outre mesure. Dans un coin du dessin à l’échelle échelle 1, il griffonne une idée qui lui passe alors par la tête, celle de la voiture la plus avant-gardiste qu’il soit possible d’imaginer.

Ferrari Modulo sketch

Si Paolo, grisé par son idée qui le sort de son quotidien bien calme, multiplie les croquis en menant son dessin à maturation, sa direction ne partage pas son enthousiasme, déroutée par l’avant-gardisme du projet. « Pourquoi avez vous dessinée une voiture pareille ? » demandera Sergio Pininfarina. « Parce qu’il est important qu’elle fasse parler », répondit Paolo Martin. Réplique cinglante « Oui, mais ils n’en diront que du mal ». Ambiance, ambiance…

Ferrari Modulo sketch

Martin ne va pas se décourager, il va commander huit mètres cubes de polystyrène, deux batteries de voiture et une résistance chauffante – pour sculpter le tout – et s’enfermera dans les ateliers durant la fermeture annuelle du mois d’aout, dans le plus grand secret. La maquette taille réelle sera prête pour le retour de vacances de Sergio.

Ferrari Modulo mock-up

Pas impressionné pour autant, celui ci ne laissera rien paraître et il faudra attendre des mois pour que Paolo Martin reçoive les plans d’un châssis de Ferrari 512S, avec pour mission d’adapter son dessin pour qu’il puisse être réalisé sur cette base. Victoire !

Ferrari Modulo black

La voiture apparaître donc au salon de Genève 1970, dans une teinte noire non prévue par le designer, qui ne lui réussit guère. Elle sera vite repeinte dans ce blanc qui lui donne l’air d’être un vaisseau spatial tout juste échappé d’une série de science-fiction.

Ferrari Modulo

Comme son nom l’indique, le dessin de la Modulo est composée d’un module de formes reprises aussi bien dans la partie inférieure et supérieure – le détail le plus inédit étant la symétrie appliquée aux roues, dont le dessus est autant visible que le dessous. Ses caractéristiques les plus spectaculaires sont son toit canopy entièrement basculant qui permet de monter à bord. Sa ligne, poussant à l’extrême le concept cunéiforme, est composée uniquement de surfaces quasi-horizontales, donnant à l’ensemble l’impression d’une aile flottant sans effort à quelques centimètres de la route.

Ferrari Modulo

Comme le voulait la tendance de l’époque, l’intérieur est traité d’une façon minimaliste, avec une instrumentation juste nécessaire. Le détail le plus innovant est l’utilisation de sphères regroupant les commandes et la ventilation – Paolo Martin s’étant directement inspiré de la forme de boules de bowling.

Ferrari Modulo

À noter qu’il semblerait que la voiture connue actuellement soit une reconstruction – le show-car originel aurait été démonté en son temps. Pour l’anecdote, les roues avant de la Modulo ne peuvent pas tourner, les seuls films « en action » ont donc été filmés… en ligne droite.

Ferrari Modulo dashboard

Ferrari Modulo

Ferrari Modulo

Ferrari Modulo

Ferrari Modulo

Ferrari Modulo

A propos de l'auteur

Yan Alexandre Damasiewicz
Rédacteur en Chef

Après avoir crée le Blenheim Gang en 2003 avec Paul Reynolds, Yan Alexandre est tout naturellement devenu journaliste, spécialisé dans la culture automobile. Enfin, pas si naturellement que ça, puisqu'il a passé quelques années de sa vie à s'occuper de sites internet en agence, avant de changer d'orientation. Aujourd'hui il collabore régulièrement aux magazines GQ, Intersection, Evo & Octane. Ses passe-temps préférés ? Traverser l'Europe au volant de sa BMW 1600ti de 1967 et rêver aux voitures les plus improbables qu'il pourrait acheter...

4 Réponses

  1. renaud

    dire que je l’avais en modèle réduit et que je l’ai détruit un jour simulant un accident. un colector chez Matchbox désormais.

    Répondre
    • Yan Alexandre Damasiewicz
      Yan Alexandre

      Ne vous en faites pas Renaud, on a touts fait cette bêtise à la sortie de l’enfance. Au marteau et à l’explosif spécialement fabriqué pour cet usage en piochant dans ma mallette du petit chimiste…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.