Ça ne fait plus de doute, l’hiver s’est installé pour de bon. Pour affronter des conditions climatiques parfois rigoureuses, rien ne vaut un bon équipement de saison : une écharpe bien épaisse, des moufles correctement doublées… Et un véhicule approprié ! Au cas où vous n’auriez pas pris les devants, le Blenheim Gang vous a dégotté exactement ce qu’il vous faut : le Jeep Cherokee XJ. Voyons ensemble pourquoi…

Jeep Cherokee

Avant tout pour son look : sobre et massif, il ne cèdera, en 17 ans de carrière, qu’à d’infimes modifications. Ce design n’est pas sans rappeler celui d’un break Volvo, auquel la calandre apporte toutefois un supplément de charisme et bonhommie. Que ce soit avec 3 ou 5 portes, l’empattement reste le même, ce qui permet au Cherokee d’être tout aussi séduisant dans les deux versions.

Jeep Cherokee

Comme en atteste l’illustration publicitaire ci-dessus, il s’agit d’une voiture « de classe américaine ». Comprenez par là qu’elle fait preuve d’un exotisme d’apparence, mais s’avère finalement très européanisée. Avec son gabarit réduit et un poids qui reste en-dessous des 1400 kg, le Cherokee peut prétendre à l’appellation «compact», même au regard des standards en vigueur de ce côté de l’atlantique.

Jeep Cherokee

Autre conséquence de l’effort commun de Renault et AMC, cette Jeep est la première à adopter une caisse autoporteuse. Sous le capot pas de V8, mais un inusable 6 en ligne de 4,0 L développant 190 chevaux, et suffisamment de couple s’assurer de bonnes performances quelque soit le terrain. Du costaud certes, mais sans faire dans le trop rustique.

Le Cherokee est également un précurseur en matière de SUV dont il inaugure quelques fameuses recettes. Ainsi, sur certains marchés, il sera proposé en version deux roues motrices… à l’arrière pour une fois. Maintenant que vous le savez, rien ne vous oblige à vous y intéresser d’avantage.

Jeep Cherokee

L’habitacle du Cherokee est quant à lui particulièrement cosy, à condition d’opter pour une sellerie en tissu plutôt qu’en cuir. Visuellement plus flatteur, ce choix correspond également d’avantage au caractère un peu rugueux de l’engin. Ultime argument, le tweed est très en vogue cet hiver : pour une fois que vous avez l’occasion d’associer style et confort, n’hésitez pas!

Jeep Cherokee

En somme, le Cherokee, c’est un peu l’auto-doudoune : un grand classique hivernal qui a connu son heure de gloire il y’a une vingtaine d’années et qui aujourd’hui fait son come-back. Soyez tout de même prudent, car en matière de Jeep, la frontière entre le « cool » et le « kitsch » est aussi ténue que celle qui sépare une Penfield Stapleton d’une Chevignon Togs.

A propos de l'auteur

Alasdair Campbell
Rédacteur-en-chef Adjoint

Jusqu'à l'adolescence, Alasdair a privilégié sa passion pour les trains, un peu au détriment de l'automobile. Réalisant qu'être derrière un volant lui apportait d'avantage que ne le pouvait sa carte orange, il a depuis recentré ses intérêts. De ses premiers amours, il a gardé un goût pour les machines capables de traverser un continent à allure soutenue. Les émoluments octroyés par le Blenheim HQ ne couvrant pas encore ses dépenses en carburant, Alasdair continue à rendre visite quotidiennement à son employeur. Vu qu'il adore porter des costumes, ça suffit à faire la blague.

7 Réponses

  1. Humphrey

    Je ne peut que plussoyer vivement,
    Ayant fréquenté une version limited conduit par ma génitrice, j’en garde un bon souvenir,
    Par contre équipée du TD 2.1 L d’origine Rhino, le rêve s’assombrit cruellement et la corne de l’animal précité me rappelle la bielle ayant décider de s’affranchir du joug du carter le long d’une voie expresse armoricaine…
    Je m’étonne que vous n’évoquiez pas son proche cousin, le Cheyenne, qui, si mes souvenir sont bons, est la version pick up du Cheerokee, ce qui la rend d’autant plus désirable (un moteur de secours dans la benne et le bout du monde est a notre portée)

    Répondre
  2. Alasdair

    Dites Humphrey, votre Cheyenne, c’est la même chose qu’un Comanche, non? Je ne connaissais pas cette designation. Enfin pour le coup, un pick-up sur les routes européennes, ça me fait toujours un drôle d’effet.

    Pour déconner, ils ont aussi réfléhi à un Cherokee Cabrio chez Jeep: le Freedom Concept. Visiblement, quelqu’un chez Nissan l’a redécouvert il n’y a pas si longtemps.

    Répondre
  3. Humphrey

    Oups,
    Comanche ?
    Les vapeurs de Mazout ont dues me troubler l’esprit,
    M’en voudrais d’avoir déclenché une guerre tribale…

    Répondre
  4. lagonda

    J’ai adoré cette voiture. J’ai possédé un limited 4 litres blanc avec des dorures méga kitchos partout.
    J’aimais bien déposer les GTI au championnat inter feux rouges… C’était bien équipé et fiable… ne manquaient que les appuis-têtes arrières.
    Le choix des pneumatiques est par contre primordial car en mode propulsion la coquine est vive de l’arrière train.
    Ce qui était sympa c’est que l’on pouvait shifter de 2 à 4 roues motrices jusqu’à 80 km/h si je me souviens bien.
    Le moteur avait un très joli bruit, mais il consommait pas mal malgré le poids et le gabarit contenu du bestiau…
    Bref une super affaire quand je vois les prix de vente en Suisse aujourd’hui.

    Répondre
  5. AOD

    Mon père a possédé un Jeep Cherokee version Limited en 6cylindres 4.0 Litres…un vrai monstre (le pompiste est devenu son meilleur ami)…Achetée neuve en 1989. Une finition indigeante (sauf les cuirs) mais complète : sieges electriques, 4 vitres electrique, un clim à l’américaine (comprendre surpuissante), régulateur de vitesse etc… Une tenue de route perfectible (mais plus efficace en pneus 4 saisons typés route), un freinage symbolique (surtout sans ABS…)… Mais finalement décalé à l’époque, cette voiture etait vraiment sympa et confortable. Son couple camionesque laissait peu de chance aux Gti de toutes sortes au feux rouge ! Cette voiture est celle qu’il a conservé le plus longtemps (un peu maso peut-être). On l’a revendue à un type qui faisait de la compétition avec 300 000 km au compteur, chassis et moteur ont servit à la compet, c’est dire la robustesse dont elle fait preuve !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.