Parfois les membres du Blenheim Gang en ont assez de la vie urbaine et partent se mettre au vert. Pour cela ils prendront soin de choisir un véhicule adapté à la vie rurale et à ses activités. Voici notre sélection à cet usage.

A propos de l'auteur

Yan Alexandre Damasiewicz
Rédacteur en Chef

Après avoir crée le Blenheim Gang en 2003 avec Paul Reynolds, Yan Alexandre est tout naturellement devenu journaliste, spécialisé dans la culture automobile. Enfin, pas si naturellement que ça, puisqu'il a passé quelques années de sa vie à s'occuper de sites internet en agence, avant de changer d'orientation. Aujourd'hui il collabore régulièrement aux magazines GQ, Intersection, Evo & Octane. Ses passe-temps préférés ? Traverser l'Europe au volant de sa BMW 1600ti de 1967 et rêver aux voitures les plus improbables qu'il pourrait acheter...

14 Réponses

  1. Padrig

    La Hino Contessa et la petite Suzuki sont résolument et definitivement Blenheim…

    Répondre
  2. Yan Alexandre Damasiewicz
    Yan Alexandre

    Je vais retrouver les deux utilitaires dans mes archives. La dernière est un mystère. D’ailleurs on voit clairement qu’elle n’est pas finie. Ni vitre, ni sièges visiblement. Ne parlons même pas de peinture…

    Répondre
    • Yan Alexandre Damasiewicz
      Yan Alexandre

      La première est une Honda Vamos de 1971. Un engin étonnant, un mix entre un monospace et une Mini-Moke…
      Impossible de retrouver trace de l’avant dernière, zut.

      Répondre
  3. Padrig

    La sportive Italienne… a mon avis une réalisation unique d’une petite officine, esperons qu’a la maniére du Fanfaron le camion rouge OM ou Fiat derriére n’ai pas eu raison d’elle au detour du virage de Calafuria…

    Répondre
  4. Yan Alexandre Damasiewicz
    Yan Alexandre

    Je n’en suis pas si sur concernant la dernière. La qualité du dessin est bien trop bonne pour être l’œuvre d’un obscur artisan de derrière les fagots. Et en plus c’est un peu grand pour être un bricolage sur base de Fiat 600…
    Je pense plus qu’il s’agit d’un proto.

    Un rapide search google nous apprend que l’entreprise Saccheti Transporti a été crée en 1958 et est sise – du moins aujourd’hui – à Frosinone.
    C’est maigre. (il y a bien une usine Fiat à 40 km, mais elle a ouverte bien plus tard avec les fiat 126…)

    Répondre
  5. Padrig

    Faut rechercher soi dans la meme rue, il y a peut etre un atelier de carrosserie ou alors la voiture a été livrée dans cette rue via cette compagnie de transport. Il est possible aussi que l’occasion faisant le laron, la voiture ai été poussée chez le transporteur pour que celui ci l’envoie vers un peintre ou un sellier local.

    Il est vrai qu’elle est de bonne facture cette petite berlinette…

    Répondre
  6. Padrig

    Au petits mots les grands remedes, comme je n’arriverai pas a dormir tant qu’elle ne sera pas identifiée j’ai envoyé un mail a Sacchetti…

    Répondre
    • Yan Alexandre Damasiewicz
      Yan Alexandre

      Quelle honte.
      C’est tout simplement une Cobra Daytona. Et nous qui cherchions une 600 recarossée… bravo le Blenheim Gang !

      Répondre
    • Yan Alexandre Damasiewicz
      Yan Alexandre

      Elle se faisait tout simplement… fabriquer ! Les carrosseries des Daytona (sauf la première et la dernière) étaient réalisées à la Carrozzeria Gransport à Modène. Ce qui explique son état « à finir ».
      Quand même, rouler dans le trafic italien dans une Cobra Daytona sans pare-brise et sans siège, quel panache !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.