Haut lieu du cyclisme s’il en est, la montée de l’Alpe d’Huez est souvent citée parmi les plus belles routes alpines. Si vous voulez notre avis, cette large route toute en épingles n’a aucun intérêt, à moins d’avoir une passion cachée pour l’art des fans de vélo, à savoir la calligraphie sur bitume. Quoique : une fois arrivé à l’horrible station de ski (pléonasme), s’ouvre à vous l’une des plus belles et plus sauvages route des Alpes : celle du Col de Sarenne.

col-de-sarenne-7

La station de l’Alpe d’Huez n’est pas un cul de sac : après elle la route monte encore, mais bien peu le savent… Il faut vous diriger vers l’altiport et continuer tout droit. Oui, ce fin ruban d’asphalte complétement défoncé est bien une route. Une route pastorale pour être précis – ce qui signifie entre autres qu’elle est limitée à 20km/h et que les camping-cars – oh joie – y sont interdits. De toute façon il est fort probable que vous n’y croisiez personne, mis à part quelques marmottes. Blague à part, l’endroit un véritable sanctuaire naturel, et si cela justifie une visite, nous ne pouvons que vous inciter à vous comporter avec le respect qu’il incombe en pareil lieu. Tenez vous bien : pas de bruit, pas de pollution, et pas d’excès de vitesse – les fossés destinés à évacuer l’eau de la fonte des neiges, qui traversent régulièrement la route, comme les pierres qui la constellent, devraient vous en empêcher de toute façon.

col-de-sarenne-8

Après quelques pâturages le paysage devient progressivement plus sauvage et les reliefs plus marqués. Tout semble avoir été figé dans le temps et l’impression d’avoir été projeté à une époque précédant l’invasion du béton dans les Alpes est tenace. C’est magnifique, d’autant plus que l’endroit est désert, et qu’un arrêt vous permetra d’expérimenter une sensation rare : celle du silence.

col-de-sarenne

Après le col, à 1999m d’altitude, c’est la descente. Tortueuse, étroite, bosselée et constellée de pierres. L’endroit est raisonnablement dangereux. Les panoramas sont à couper le souffle. C’est un de mes endroits préféré dans les Alpes.

La route se poursuit jusqu’à la civilisation, que l’on retrouve au Lac de Chambon. Au stop il convient de tourner à droite, pour s’engager sur le barrage.

col-de-sarenne-barrage

L’aventure pourrait s’arrêter là, mais il y a encore tant à découvrir… Au premier village, Le Fresnay d’Oisans, tourner à droite sur la D211A, en direction d’Auris en Oisans. La route prend progressivement de l’altitude et soudan c’est le choc : vous voici en corniche, avec une vue plongeante sur La Romanche, puis Bourg d’Oisans. Impressionnant, terrifiant, superbe.

 

Après quelques kilomètres à couper le souffle, vois voici revenus sur la grande montée de l’Alpe d’Huez. À vous de choisir : remonter vers la station, ou redescendre dans la vallée et discuter EPO dans un des restaurants grouillants de cyclistes de Bourg d’Oisans. Bonne chance !

Comment vous y rendre ?

Il faut monter d’abord à l’Alpe d’Huez, vous l’aurez compris. Si la route principale vous ennuie, vous pouvez en court-circuiter une bonne moitié en vous rendant d’abord au Lac du Verney puis en vous rendant à Huez en empruntant les D44B et 211B via Villard Reculas.

La voiture parfaite : Tesla Roadster

tesla-roadster

Puisque la nature est particulièrement fragile au Col de Sarenne, et que les marmottes ont deja suffisamment de problèmes de reproduction avant même d’être stressées par le bruit des moteurs, nous ne pouvons que vous recommander un véhicule électrique (avec suffisamment d’autonomie pour faire la boucle). Seule possibilité : une Tesla Roadster – en faisant attention de ne pas racler les spoilers sur les innombrables gués de la route.

Attention !

Le Tour de France 2013 passera par là, et il est fort probable que la route soit irrémédiablement défigurée par des travaux de sécurité, et le site massacré par des centaines de milliers de badauds… Plus d’informations ici.

 

A propos de l'auteur

Yan Alexandre Damasiewicz
Rédacteur en Chef

Après avoir crée le Blenheim Gang en 2003 avec Paul Reynolds, Yan Alexandre est tout naturellement devenu journaliste, spécialisé dans la culture automobile. Enfin, pas si naturellement que ça, puisqu'il a passé quelques années de sa vie à s'occuper de sites internet en agence, avant de changer d'orientation. Aujourd'hui il collabore régulièrement aux magazines GQ, Intersection, Evo & Octane. Ses passe-temps préférés ? Traverser l'Europe au volant de sa BMW 1600ti de 1967 et rêver aux voitures les plus improbables qu'il pourrait acheter...

9 Réponses

  1. Padrig

    Belles photos et beau voyage! Mais quelle aversion pour les Cyclistes Ian! Quand on pense que Auto et vélo ont a leurs debuts beaucoup été liés comme en temoigne la revue auto-vélo ou des marques comme Gladiator et consort…

    Répondre
  2. Yan Alexandre Damasiewicz
    Yan Alexandre

    Ah mais j’aime bien le vélo, je me déplace même au quotidien avec un vieux cyclo-touriste Bertin. Mais force est de constater que le gros des cyclistes, surtout en montagne, n’est pas plus malin qu’un passionné de bagnoles. Comme quoi, il y a un lien, en effet, entre ces deux univers.

    Répondre
  3. Franzwah

    on peut meme signer la pétition pour éviter que le tour de France ne nous prive de cette route sauvage…

    Répondre
  4. Mimic

    Ca donne envie!

    Dans le même esprit : route de « Saint Jean Pied de port / saint Etienne de Baïgorri » via la forêt d’Iraty (Pays Basque-64)…un régal pour les yeux

    Répondre
    • Yan Alexandre Damasiewicz
      Yan Alexandre

      Intéressant ! C’est une région que nous devons traverser au printemps. J’en prends bonne note.

      Répondre
  5. Simmalt

    Belle découverte!

    Pour rebondir sur un « bon plan » du sud-ouest, si vous faites un saut dans le béarn, autre route forestière hautement intéressante: La D918 entre Arudy et Lurbe-St-Christau.

    Je précise dans ce sens, car ensuite il conviens de remonter la magnifique Vallé d’Aspe, passer le col du Somport (et éviter le tunnel, ça va s’en dire) pour se « receuillir » sur le site de la surprenante et gigantesque gare frontière abandonnée de Canfranc.

    Répondre
  6. Benoit

    Ca fait rêver ! Est-ce que ça vous pose problème si j’ajoute votre itinéraire à mon site : http://www.engineworld.fr/routes/

    J’ai créé une map où tout le monde peut ajouter un itinéraire : l’objectif est de partager ses routes préférées et que chacun puisse les découvrir !

    Répondre
  7. Padrig

    Trés beau col en effet et bien plus beau que la montée de l’Alpe d’Huez. Une petite precision, les cartes Michelin l’indiquent a 2004m alors que celui ci n’affiche que 1999m, mais pour le savoir il faut s’y rendre… Un vrai col sinueux dans un coin sauvage et authentique. A faire absolument, pour l’avoir fait a vélo il y a deux ans la route est relativement etroite et ne permet pas trop de « faire de la vitesse » en ancienne…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.