Pour remplacer l’Anglia, la division anglaise de Ford lance fin 1967 une nouvelle voiture : l’Escort, sous la forme d’un coach 3 volumes. La voiture sera un succès énorme, aussi bien en Europe qu’en Angleterre, où elle terrasse les vieillissantes productions de la BMC. Avec elle, Ford sera aussi imbattable en rallyes, remportant entre autres les Londres-Mexico 1970, aux mains d’Hannu Mikkola. Un succès qui donnera son nom à la légendaire version spéciale Mexico, équipée du 1,6l Kent.

Si les déclinaisons sportives de la première des Ford Escort sont désormais des voitures de collection à la côte spectaculairement élevée, il n’en est pas de même pour les versions plus communes, qui ont quasiment disparues de la circulation. À l’image de cette désormais bien rare version Estate, en triste état. Lancée quelques mois après le coach, en mars 1968, ce break se distingue par sa banquette rabattable, et des freins, embrayage et suspensions arrières renforcées – comme un vrai utilitaire. Ne vous laissez pas berner par l’écusson « Deluxe », le vrai luxe était à chercher sur les versions « Super » reconnaissables à leurs phares carrés. Ici, point de moquette, mais un tapis de sol en caoutchouc.

Ford Escort Mark 1 Estate 1100 Deluxe (1968-1974), garée dans une rue du pittoresque quartier de l’Alfama, à Lisbonne (Portugal).

A propos de l'auteur

Yan Alexandre Damasiewicz
Rédacteur en Chef

Après avoir crée le Blenheim Gang en 2003 avec Paul Reynolds, Yan Alexandre est tout naturellement devenu journaliste, spécialisé dans la culture automobile. Enfin, pas si naturellement que ça, puisqu'il a passé quelques années de sa vie à s'occuper de sites internet en agence, avant de changer d'orientation. Aujourd'hui il collabore régulièrement aux magazines GQ, Intersection, Evo & Octane. Ses passe-temps préférés ? Traverser l'Europe au volant de sa BMW 1600ti de 1967 et rêver aux voitures les plus improbables qu'il pourrait acheter...

2 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.