Aparue en 1975, la Mercedes « W123 » est l’exemple type de l’automobile sans histoires.

A chaque coin de rue, on peut s’attendre à en trouver une, passablement attaquée par la rouille, avec plus de 300.000km à son compteur. Vous ne le remarquerez jamais. Sans doute un diesel.

Mercedes-W123-01

Le voyageur a au moins une fois dans sa vie posé son séant sur le skaï de sa banquette arrière. Taxi à Francfort il y a trois décennies de cela, ou à Casablanca n’importe quand. Sans doute un diesel.

Dans mon enfance la « W123 » était l’auto avec des stores dans les phares et des feux arrière bizarres. Mercedes s’essayait timidement à l’excentricité.

Mercedes-W123-02

L’autre souvenir fut un trajet Marrakesh-Ouarzazate dans un taxi collectif où 6 personnes (plus un chauffeur) prenaient place. Voyage marqué de surchauffes dans l’Atlas et de thés à l’absinthe, au même endroit, mais pas au même moment. Sans doute un diesel.

Cela fait tout de même deux histoires. Pas mal.

A propos de l'auteur

Yan Alexandre Damasiewicz
Rédacteur en Chef

Après avoir crée le Blenheim Gang en 2003 avec Paul Reynolds, Yan Alexandre est tout naturellement devenu journaliste, spécialisé dans la culture automobile. Enfin, pas si naturellement que ça, puisqu'il a passé quelques années de sa vie à s'occuper de sites internet en agence, avant de changer d'orientation. Aujourd'hui il collabore régulièrement aux magazines GQ, Intersection, Evo & Octane. Ses passe-temps préférés ? Traverser l'Europe au volant de sa BMW 1600ti de 1967 et rêver aux voitures les plus improbables qu'il pourrait acheter...

14 Réponses

  1. Ssldt

    Mon histoire se passe à Rabat en 1986, j’ai trois ans et demie, je suis à l’arrière, les sièges sont -dans mes souvenirs- en velours. J’aimais beaucoup cette voiture qui venait de prendre la place d’une Capri dans le garage paternel.
    C’est un des rares souvenirs qui me reste de cette époque.

    Répondre
  2. Tourbillon Mécanique

    Je me souviens d’une jeune mamy dynamique. Elle conserve pieusement la W123 de feu son époux. Ils l’avaient acquise ensemble neuve, c’était là le symbole d’une certaine réussite pour un maçon immigré italien. La Deubeu est jaune. Je me souviens de la sortie hebdomadaire pour faire une virée au pied du Luberon.

    La sortie du garage sous la maison était toujours épique. Le vieux 6 en ligne faisait vibrer toute la bicoque au démarrage. La glycine mauve caressait le coffre puis la vitre arrière et le toit comme si elle voulait retenir la 123 dans son antre.

    La mamy a un peu vieilli depuis lors. La 123 est toujours là, vaillante et jaune. Elle continue de rendre service aux petits enfants pour faire la tournée des brocantes au premiers beaux jours.

    Répondre
  3. u-cef

    rien a dire sur la mercedes w123 quand chwi venu au monde mon pére a acheté la mercedes w123 300D je me souv1 bien de cette belle voiture

    Répondre
  4. Robert

    Je regrette même aujourd’hui de écouter ma femme et vendre ma belle 280E automatique de 1980 avec 450 000 Km au compteur, et racheter la « nouvelle » W124 plus belle et plus économique (300D). Plus tard j’ai essaie une W126 (5L V8) mais sans plus :(.
    La W123 c’était la voiture de ma vie.
    Je suis heureux de savoir qu’elle roule toujours, avec un kit GPL et bientôt elle aura 1 million de km au compteur.

    http://imcdb.org/images/027/921.jpg

    Répondre
  5. Kelly

    Et bien moi, je m’en souviens aussi de la mercedes 250 jaune double carbu 6 cylindres de mon père, et de son toit ouvrant.
    Une fierté, et un bonheur en 1986.
    De retour en Guadeloupe il n’etait pas si rare que nous soyons à 11 dedans.
    Mes parents, deux grands mère, ma tante, mon grand père, mes deux cousins, mon frère ma soeur et moi, et avec ca le coffre rempli a chacun de nos retour de campagne.
    Je l’ai conduite, parfois sauvagement en me moquant des faiblardes voitures de mes amis.
    Et je suis sur que mes petites amies de l’epoque se souviennent bien de l’immensité de la banquette arrière.
    Et pour les tonnes d’essence? Et bien c’est mon père qui pourvoyait.
    Ce fût « sa » voiture, et la mienne aussi.

    Répondre
  6. Guillaume

    Je viens de vendre mon break 123 immaculé pour acheter une Reliant Scimitar…Je perds 2 portes et une fiabilité légendaire pour aller vers l’inconnu glamour. Le grand saut, du complet Quelle à carreaux de l’inspecteur Derrick vers le costume Paul Smith rapé si vous me permettez la métaphore à 2 Deutschmark!

    Répondre
  7. David

    Souvenir d’enfance et également d’indépendance, la première fois sur la banquette arrière de la belle mercedes siglé « taxi » d’un ami de mon père, je m’en souvient comme si c’était hier, elle était bordeaux, les sièges était bouillant a cause du soleil dans cette énorme voiture qui me faisait rêver du haut de mes 7 ans. Le hasard a fait qu un modèle 250 essence bleu royale a atterri dans mes mains comme première voiture, merci a mon oncle qui la vendait, a mon père qui a su persuader ma mère que « non c’est pas trop gros comme voiture mais par contre s’est fiable et solide » et merci a ma paie d apprenti qui avait du mal a suivre vu la consommation du 6 cylindre en ligne qui faisait tomber la jauge a zéro en 6 départ canon, par contre ses bien la seule voiture qui n avais pas besoin de ralentir devant un dos d âne, souvenir de 12 personnes dedans pour un retour chez moi un soir, souvenir de frime meme si pas mal de monde devait penser que Papa avait prêté sa voiture!!! Confort avant tous et glissade sur les pavés mouillés de Paris, traversé de Nice en pleine nuit comme un sauvage avec un final un joint de culasse qui n avait pas trop aimé la ballade. Tellement aimé cette voiture que j ai même poussé la passion avec un coupé 230 auto d’un blanc immaculé, une splendeur …..mon seul regret ….l’avoir vendu!

    Répondre
  8. Marvin

    200D AM1983 English Red voiture de maman a Paris que j’empruntais les soirs et weekends pour les sorties avec les copains. Je roule toujours avec dans les rues de Manille.

    Répondre
  9. Young iron

    Mon père en a eu 3, d’occase. Un 300TD blanc vinyl havane dont il a réussi à casser le moteur (!). Une 250 carbu bleu nuit, et celle que j’ai revendu après son décès, une 300D crème tissu noir. La 123, c’est mon enfance ! Aujourd’hui je possède un 230TE très optionné en attente de restauration. Mais il ne devrait pas rester fils unique longtemps. ; )

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.