Si l’évocation du mot « velours » vous fait penser au pantalon trop large de votre grand-père, c’est que vous ne connaissez pas la matière, celle des rois et des crooners, qui transforme votre veste en tenue de soirée bondienne… Parfait pour toutes les grandes occasions !

velvet_hendrix-1

La matière lisse appelée velours (Velvet in English) a toujours été rattachée à la noblesse et à la vie de château. Popularisé dès le XIVe siècle comme la matière des nobles, le velours habillait les hommes de la cour comme la soie les femmes. Son délicat touché, son épaisseur confortable, son aspect chatoyant et sa douce chaleur en faisait une matière indispensable pour une vie royale. Sa version côtelée (Corduroy in English, une déclinaison de la matière Velvet donc !) reste aussi connotée « châtelain » mais version extérieure ; idéal pour la campagne en automne et les parties de chasse, le Corduroy a toujours eu du mal à percer en ville (malgré de belles tentatives chez APC ou Hackett), notamment chez les jeunes, son image collant surtout à celle de votre grand-père… Il mériterait pourtant que l’on y fasse plus attention dès lors que la coupe se modernise.

corduroy_Woody-Allen

Quel est l’intérêt de posséder une Velvet jacket (plus jolie que veste en velours lisse…) dans son vestiaire ? C’est l’avantage d’un vêtement caméléon, un « deux en un » qui se porte de jour et aussi (surtout) de nuit. La journée avec un jeans brut et un col roulé, les week-end avec une paire de sneakers vintage au pied, une chemise Oxford et un sweat en cachemire. La nuit, assortie avec un vrai nœud papillon sur une chemise blanche et un pantalon en motif pied-de-poule, votre veste se transforme en dinner jacket et vous permet de faire l’impasse sur un tuxedo, vous donnant une vraie allure recherchée. Le Velvet aime se mixer à d’autres matières. En revanche on oublie tout de suite l’association avec un pantalon de même matière, vous passeriez pour Austin Powers ou un chanteur pop !

Velevet-Peter-Sellers-Pussycat

Ce que l’on aime surtout au Blenheim Gang, c’est le côté sulfureux que la matière inspire. Les univers de James Bond et ses Bond girls, de Frank Sinatra et Dean Martin sirotant un whisky à Las Vegas ou d’Hugh Hefner et les soirées de la Playboy Mansion s’imaginent en Velvet jacket ! Entre vestes de tuxedo et robe de chambre…

velvet_tomford_a3

Les couleurs sombres ou criardes ravivent ce vêtement de nuit. Noire (oui dans ce cas, la veste noire est possible et vous ne passerez pas pour un serveur d’un restaurant branché !), lie-de-vin, vert bouteille, bleu marine, rouge sang. On peut tenter le gris souris et les marrons taupés également.

velvet_suit-1

L’habit masculin ayant revu ses proportions (plus près du corps, plus court), la Velvet jacket a retrouvé son aura fuselée des années 60. La marque Acne a signé une belle collection « eveningwear » pour homme chez MrPorter, proposant des Velvet jackets très mode, reprenant un style rétro qui ne nous déplait pas. Vous trouverez également de jolies vestes chez Hackett, J Crews, ou plus haut de gamme Gucci, Dolce&Gabbana, Etro ou encore Tom Ford ! C’est peut-être aujourd’hui ce dernier qui incarne le mieux l’esprit décadent de cette mise vestimentaire.

velvet_tomford_a2

Une seule veste de ce type suffit dans votre dressing comme un beau nœud papillon noir. Alors pourquoi ne pas trouver la perle avec un tailleur de quartier qui vous fera la coupe ultime se rapprochant ainsi de l’esprit tuxedo ; une veste de soirée qui ne supporte rien dans les poches (comme toutes les vestes d’ailleurs)… Et là, vous vous sentirez pleinement à l’aise pour commander un Dry Martini ou un Old Fashioned au bartender du bar d’hôtel que vous aimez temps ! N’est pas Bond qui peut !
Bonne année !

Texte : Guillaume Cadot, MyVision

A propos de l'auteur

Guillaume Cadot
Rédacteur Style

Issu d'une famille lyonnaise du textile, Guillaume Cadot a toujours été attiré par l'univers de la création. Après des études en école de commerce il se perfectionne pendant 8 ans dans les métiers du marketing au sein d'un grand groupe. Rattrapé par sa curiosité créative, il poursuit sa carrière en 2005 chez NellyRodi un bureau de tendance international où il met à profit ses connaissances marketing au service du style et développe son analyse transversale sur les consommateurs et les tendances de consommation. Passionné par l'élégance masculine, il crée en même temps un blog (MyVision) dédié à un certain art de vivre masculin. Depuis 2009, Guillaume Cadot a créé sa société de conseil LaB proposant des missions de stratégie de marque, conception/rédaction et analyse de tendances pour des marques et des agences qui souhaitent anticiper les attentes des consommateurs et collabore à des magazines pour son expertise lifestyle et automobile (Dandy, Pointure, Influencia, Intersection). Il a créé en parallèle la société Maison Cadot qui développe une de ligne de vêtements (CADOT™) pour les hommes urbains qui sont en mouvement et une marque de bracelets, YEES, en cuir fait à la main à Paris qui s'enroule autour du poignet comme par magie.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.