Lancée en 1975, la gamme W123 est sans aucun doute l’une des plus iconiques de la production Mercedes-Benz. Si son style reste des plus conservateurs, et n’évolue qu’en douceur par rapport à sa devancière, de nombreuses révolutions se cachent sous sa carrosserie ; notamment des avancées sensibles concernant la sécurité passive, fruit des recherche de Mercedes en la matière : cellule de sécurité et zones déformables , colonne de direction anti-intrusion, ceintures à prétensionneur et, en option, ABS et airbag.

Si les premières séries se reconnaissent à leurs 4 phares ronds, intégrés dans un bloc rectangulaire, entourés de « stores », le restylage de 1982 généralisera les blocs rectangulaires de la 280E. Voici qui date cet exemplaire jaune à la motorisation indéterminée. Si elle a quasiment disparu des rues occidentales, elle est encore une habituée de l’Europe de l’Est, sans parler des pays d’Afrique du Nord. La production s’arrêtera en 1986 avec près de 2,7 millions d’exemplaires fabriqués.

W123, garée dans la rue à Preila (Lituanie)

A propos de l'auteur

Yan Alexandre Damasiewicz
Rédacteur en Chef

Après avoir crée le Blenheim Gang en 2003 avec Paul Reynolds, Yan Alexandre est tout naturellement devenu journaliste, spécialisé dans la culture automobile. Enfin, pas si naturellement que ça, puisqu'il a passé quelques années de sa vie à s'occuper de sites internet en agence, avant de changer d'orientation. Aujourd'hui il collabore régulièrement aux magazines GQ, Intersection, Evo & Octane. Ses passe-temps préférés ? Traverser l'Europe au volant de sa BMW 1600ti de 1967 et rêver aux voitures les plus improbables qu'il pourrait acheter...

3 Réponses

  1. gtman

    La motorisation : un Diesel, à priori, vu la sortie du pot d’échappement…

    Ca ma rappelle une 200 essence dans laquelle j’avais fait Ajaccio-L’Ile Rousse : très confortable tant que l’on restait doux avec l’accélerateur ! Plutôt instable à rythme soutenu.

    Répondre
  2. Mangetsu Ginkei

    Une voiture extraordinaire qui m’a transporté depuis ma naissance (240TD) et qui aura rendu l’âme après presque 30 ans de services sans faille en me sauvant la vie lors d’un grave accident.

    Elle était moche, son moteur diesel faisait du bruit, mais qu’est-ce qu’on était bien dedans étant gamins. Une mécanique robuste et une solidité incroyable (grâce à laquelle je suis là aujourd’hui) ont fait de cette voiture un membre de la famille à part entière.

    Entre temps l’ont accompagnée une 230T, une 280SEL et un 300GD, symboles d’une époque où j’ai l’impression que les voitures étaient un peu plus construites pour durer.

    Répondre
  3. Vincent

    Bonjour,

    le groupe Daimler-Benz fait des camions et des voitures.
    Où faut-il situer les W123 ?

    SSalutations.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.