La clémence du printemps apposant fermement son empreinte sur le climat continental tempéré, le Blenheimvaluation Comitee a jugé opportun de poursuivre son incessante quête d’automobiles de qualité, en statuant sur la pertinence d’acquérir un exemplaire du roadster traditionnel MGB.

MG B

D’essence plus universelle que la singulière TVR S3C à laquelle elle succède dans nos colonnes, la MGB, révélée en 1962, a su, au cours de sa longue carrière, s’adapter aux microcosmes géographiques et sociaux les plus divers.

MG B

Son élégance concise lui fit jouer un rôle ornemental de choix dans l’effervescence du Swinging London d’alors. Sa mécanique simple et éprouvée lui permit de truster les victoires de classe et les places d’honneur sur les pistes du Mans, de Sebring et de la Targa Florio, au sein du relevé plateau d’alors. La civilité de son tempérament la rendit également extraordinairement populaire sur les côtes atlantique et pacifique des Etats-Unis qui en absorbèrent la majeure partie du demi million d’exemplaires produits.

MG B

Soutenue par la naissance en 1965 d’un exquis coupé dénommé GT, la gamme MGB aurait du sereinement terminer son parcours commercial à l’aube des années 70. Elle fut malheureusement la victime innocente de la crise qui frappait de plein fouet l’industrie automobile anglaise et dut perdurer pendant prés de 18 ans sur le papier glacé des catalogues, avec pour seules armes de fin de carrière son statut d’archétype et de superficielles mises à jour d’ordre cosmétiques. L’arrivée d’une version à six cylindres en ligne (MGC, 1967-1969) développée sous l’égide de radicales contraintes budgétaires puis de la naissance tardive d’un modèle doté du V8 Rover (MGB GT V8, 1972-1975) eurent un impact trop anecdotique pour avoir une influence significative dans la perception historique de la lignée, tout comme la MG RV8 de 1992, cynique manifestation de profanation sauvage commise par le département marketing du Rover Group pour préparer le marché au lancement de la MG F.

MG B

La MGB confiée au Blenheim Gang est sortie des usines Morris Garages d’Abingdon, Oxfordshire en 1965, alors que le modèle atteignait le pinacle de sa renommée. Pour procéder a une évaluation équitable, le Comitee a décidé délibérément de ne pas se pencher sur un modèle post-1974 arborant en guise de pare chocs de disgracieuses protubérances nasale et caudale en polyuréthane noir, une sellerie en tissu orange et une teinte de carrosserie évoquant furieusement la subtilité visuelle d’une mayonnaise rancie. Dans un contraste saisissant, la spécification d’origine de la MK I illustrée ne déroge pas d’une césure aux us et coutumes du genre. Sa livrée « Dark British Racing Green », ses fines lames de pare chocs chromées, ses roues fils peintes, ses sièges tendus de cuir noir à surlignage blanc sont autant d’attributs ayant défini les principes du genre dans l’imaginaire public.

MG B

Ce plumage « vintage » s’accorde parfaitement au ramage de la machine. Son rustique 4 cylindres ne peut certes renier ses origines antédiluviennes mais sa propension à la distribution généreuse de couple et sa sonorité rauque si caractéristique le rendent éminemment plaisant, d’autant plus qu’il se module par le biais d’une boite de vitesses à la commande des plus voluptueusement métallique. Aujourd’hui considéré à tort comme un véhicule exclusivement destiné à la promenade nostalgique une MGB ne rechigne pas à succomber aux velléités d’enthousiasme d’un conducteur averti. Il est fort satisfaisant de flirter avec les limites restreintes d’un châssis ultra conventionnel (NDLR : illustration parfaite de la notion d’euphémisme) et de décrypter par la même la quintessence du comportement de base d’une propulsion à moteur avant.

MG B

Icône populaire au destin troublé, la MGB possède tous les attributs objectifs et subjectifs d’une automobile « classique ». Les bases de son cahier des charges ont indéniablement constitué la première source d’inspiration de l’actuelle génération de roadsters « accessibles ». Autant à son aise dans les mains expertes de Paddy Hopkirk au Mans que dans celles de Peter Sellers ou Joanna Lumley aux abords de Hyde Park, la Morris Garages de type B pourra répondre avec panache aux attentes d’un Blenheim Ganger.

MG B

MG B

Bob Goodwin wears :
Parka by Ragwear, Jumper by Top Man London, 517 jeans by Levis’s, « Mostro » sneakers by Puma


Paul Reynolds wears :
Single breasted jacket by Diesel, Racing jacket by RTretro, « Ravix » jeans by Diesel, Speedcat racing boots by Puma, Beanie by Fred Perry.

MG B
VISUAL ATTRACTION8
MECHANICAL THRILLS6
HANDLING6
CLASSIC APPEAL10
BLENHEIM GIRL PULLING ABILITY9
BLENHEIM FACTOR8
7.8Note Finale
Note des lecteurs: (1 Vote)
5.2

2 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.