Plage d’Essouira, au matin. Quoi de mieux qu’une ballade sur le sable pour découvrir les qualités du nouveau Range Rover ? Pour les clients du légendaire 4×4, cette quatrième génération devait être « pareille, mais en mieux » que la précédente. Mission accomplie ? Nous allons vite le savoir.

« Au moment d’escalader les dunes, j’adopte une méthode qui a fait ses preuves dans le passé : j’écrase l’accélérateur et je réfléchis après »

Range-Rover-L405-18

Rouler sur le plage, en Range Rover, c’est d’une simplicité enfantine. Du moins, tant que la surface est plane et dure. Ce qui change progressivement, au fur et à mesure que l’on s’approche du champ de dunes situé au sud de la ville. Je découvre vite que le sable a une curieuse propriété dès que les roues de mon 4×4 commencent à s’enfoncer dedans. Subitement le véhicule décide, sans raison apparente, de changer de cap – et rien ne lui fera changer d’avis. J’ai beau braquer dans un sens, ou dans l’autre, mon virage s’accentue irrémédiablement et me voici parti inexplicablement en crabe – ce qui ne poserait aucun problème si de nombreux rochers n’entouraient la piste. Seule solution : s’arrêter et reprendre la bonne direction. Apprentissage fort instructif au moment d’aborder le grand moment de la matinée : l’attaque des dunes proprement dites.

Range-Rover-L405-07

Puisqu’il n’y a personne pour m’expliquer la bonne méthode, et que je vois mes congénères s’enliser au moment d’escalader les monticules de sable, j’adopte une méthode qui a fait ses preuves dans le passé : j’écrase l’accélérateur, et je réfléchis après. Le Range décolle dans le grondement sourd de son V8, ponctué d’une satisfaisante gerbe de sable. Au moindre signe de dérobade des roues avant je donne de brutaux et rapides coups de volant, à droite, à gauche, à droite. Et hop, me voilà au sommet de la dune en un rien de temps. Ne reste plus qu’à se laisser dégringoler de l’autre côté, au ralentis. Trop facile.

Range-Rover-L405-01

Visiblement, une partie de la caravane cherche dans le mode d’emploi du véhicule une manière académique pour affronter les obstacles. Ce qui nous laisse un petit moment pour découvrir ce nouveau Range Rover dans les détails.
Commençons par l’extérieur. Je dois avouer ne pas être un grand amateur de sa ligne. Il me rappelle la seconde génération, le P38 – version lisse et édulcorée de son prédécesseur. Après le Range « classic », toutes versions confondues, le L322 (3e génération, lancé en 2002) est mon préféré. Il savait à la fois rendre un fidèle hommage au Range originel, tout en faisant preuve de modernisme, avec une qualité rare dans l’exécution du moindre détail de sa carrosserie. Sans oublier son aspect massif de command-car, lui donnant cet inimitable air d’invincibilité.

Range-Rover-L405-08

Le nouveau venu, le L405 a beau être aussi massif (il est à peine plus bas), ses angles adoucis inspirent moins la force brute. Qu’il soit le Range le plus aérodynamique de l’histoire (Cx de 0,34) ne nous émeut guère : à vrai dire son faciès générique me rappelle surtout le Freelander. Il y a mieux comme références. Il n’y a pas à chercher longtemps pour comprendre cette édulcoration stylistique. Le nouveau Range cache une révolution technique : premier 4×4 doté d’une structure monocoque en aluminium, il pèse jusqu’à 420 kg de moins que son prédécesseur. Un véritable tour de force d’ingénierie, qui devait se voir au premier coup d’œil : exit donc le physique de coffre-fort.

Range-Rover-L405-02

À bord, par contre, on ne peut que se réjouir. Si les différents Land Rover de la génération précédente s’affirmaient grâce à une qualité rare de leur design extérieur, leurs habitacles ont vite vieilli. Ici, comme l’indique le postulat de base, c’est pareil qu’avant mais en mieux : on se sent dans un véritable cocon empli de petite attentions, une version surélevée de la limousine moderne. Parfait pour avaler des milliers de kilomètres en toute décontraction, à condition d’avoir d’abord digéré une solide notice d’emploi.

Range-Rover-L405-11

Le temps de déboucher une bouteille d’eau fraiche, sortie du compartiment réfrigéré situé sous l’accoudoir central, de régler la température du siège, et le bon programme de massage, nous reprenons la piste. Les conditions changent rapidement, le sable laissant la place à une piste caillouteuse, puis à une montée rocheuse. Une des principales nouveautés est l’apparition d’une nouvelle génération du système Terrain Response (qui régule le comportement du véhicule selon ce qui se trouve sous ses roues), qui est désormais totalement automatique. Contrairement au Discovery 4 que nous avions essayé il y a 2 ans, il n’est plus forcement nécessaire de verrouiller un mode via la grosse molette (toujours présente) : on peut laisser l’électronique décider de tout. Vu qu’elle s’en sort très bien – et qu’elle a plus d’expérience en franchissement que moi – autant lui faire confiance. Conséquence : on passe d’une surface à l’autre en toute insouciance, et à condition d’adopter la vitesse appropriée, dans une relative indifférence. La suspension pneumatique avale la plupart des obstacles sans que l’on remarque leur présence, et la direction assistée est d’une douceur extrême.

Range-Rover-L405-13

On l’a vu plus haut, le Range subit un régime drastique. Le poids considérable du L322, 2,5 tonnes, lui donnait un comportement routier d’enclume. Ce qui était son principal défaut. Basé sur la même plate-forme, le Discovery nous avait donné quelques sueurs froides en virages. Un autocollant sur le pare-soleil prévenait même des risques de retournement – rassurant. Avec ses quatre cents et quelques kilos en moins, le nouveau Range est une voiture radicalement différente. Sur les routes de l’Atlas je me surprend à bondir d’un virage à l’autre avec une rapidité surprenante, et à avaler les épingles avec juste deux doigts sur le volant. Le changement est bluffant. On peut maintenant rouler vite en Range Rover, en toute sérénité.

Range-Rover-L405-15

Sur l’autoroute aussi, on va vite, avec les 510ch du V8 Supercharged. Le plus surprenant est le silence quasi-complet à bord. Quelle que soit la vitesse, on n’entend aucun bruit de roulement, et, plus fort, aucun bruit aérodynamique. Il y a bien un son qui provient du compartiment moteur, mais il ne varie que peu, que ce soit à 120 km/h ou à 200. Si l’on n’a pas l’œil rivé sur le tachymètre, le très gros excès de vitesse peut arriver à tout moment…

Range-Rover-L405-12

Retour hors-piste. C’est maintenant une rivière qu’il nous faut remonter. Là encore l’exercice est d’une facilité déconcertante, d’autant plus qu’un système de prise d’air dans le capot permet de rouler jusqu’à 90cm de fond. 8 km de galets et d’eau plus tard, de retour au sec, on nous fait signe : la roue arrière gauche du Range est complètement à plat, sans doute suite à une rencontre avec un rocher abordé trop gaillardement. Une broutille qui en dit long sur les incroyables prestations de l’engin : à aucun moment la perte d’un pneu ne s’est fait sentir, à aucun moment le fait de ne disposer que de 3 roues nous a gêné en franchissement. Incroyable.

Range-Rover-L405-21

La roue changée, nous repartons de plus belles vers un col de l’Atlas uniquement accessible par une étroite piste en terre, et sur laquelle le moindre faut pas se traduirait par une longue et douloureuse chute dans la vallée en contrebas. Comment pensez-vous que je l’ai abordé ? En écrasant l’accélérateur, bien sur. En Range, même pas peur…

Range-Rover-L405-05

VISUAL ATTRACTION 6 TWIGGS

Il n’est pas moche, il n’est pas beau non plus. Il n’est pas mal dessiné, mais ce n’est pas non plus un coup d’éclat. Bref, il souffre surtout de la comparaison avec son prédécesseur.

MECHANICAL THRILLS 7 TWIGGS

D’accord il y a 510ch, et les vitesses et les accélérations sont époustouflantes, mais on ne s’en rend pas vraiment compte, à bord de ce cocon douillet.

HANDLING 10 TWIGGS

Incroyable, vous pouvez tout faire avec cet engin. Aussi à l’aise dans les lacets des montagnes de l’Atlas qu’au fond des dunes. La quadrature du cercle.

CLASSIC APPEAL 6 TWIGGS

Évolution majeure dans l’histoire Range Rover, il lui manque pourtant le charisme qu’ont la plupart de ces prédécesseurs. Dur de lui imaginer un avenir de vraie star.

BLENHEIM GIRL PULLING ABILITY 8 TWIGGS

On ne connait pas meilleur engin pour initier à un mannequin suédois à l’art délicat du franchissement.

BLENHEIM FACTOR 9 TWIGGS

On a beau lui trouver un petit manque de panache, sa versatilité le rend terriblement attachant. D’autant plus qu’il est possible de se comporter en réel hooligan à son volant. Objectivement, il se place dans le top 5 des meilleures voitures actuelles.

RANGE ROVER L405
On a beau lui trouver un petit manque de panache, sa versatilité le rend terriblement attachant. D'autant plus qu'il est possible de se comporter en réel hooligan à son volant. Objectivement, il se place dans le top 5 des meilleures voitures actuelles.
VISUAL ATTRACTION5
MECHANICAL THRILLS7
HANDLING10
CLASSIC APPEAL6
BLENHEIM GIRL PULLING ABILITY8
BLENHEIM FACTOR9
7.5Note Finale
Note des lecteurs: (2 Votes)
9.0

A propos de l'auteur

Yan Alexandre Damasiewicz
Rédacteur en Chef

Après avoir crée le Blenheim Gang en 2003 avec Paul Reynolds, Yan Alexandre est tout naturellement devenu journaliste, spécialisé dans la culture automobile. Enfin, pas si naturellement que ça, puisqu'il a passé quelques années de sa vie à s'occuper de sites internet en agence, avant de changer d'orientation. Aujourd'hui il collabore régulièrement aux magazines GQ, Intersection, Evo & Octane. Ses passe-temps préférés ? Traverser l'Europe au volant de sa BMW 1600ti de 1967 et rêver aux voitures les plus improbables qu'il pourrait acheter...

8 Réponses

  1. Jean

    Bonjour, quelqu’un peut m’expliquer pourquoi sur la photo du pneu crevé la jante est dans un état comme neuve alors qu’elle devrait être defoncé??? Un vulgaire photo montage?? Pourquoi se rabaisser à cela je ne comprend pas?

    Répondre
  2. Yan Alexandre Damasiewicz
    Yan Alexandre

    Parce-que la voiture est neuve et que la roue a été lessivée par des kilomètres de rivières ? Cliquez sur le lien en bas de page, on est tellement fort sur photoshop qu’on a aussi ajouté une roue de secours et un cric.

    Répondre
  3. Jean

    « à aucun moment le fait de ne disposer que de 3 roues nous a gêné en franchissement », donc si je vous suis vous avez fait du franchissement avec un pneu crevé et la jante n’a pas le moindre coup sur son rayon?

    Répondre
  4. beniot9888

    Vous avez roulé avec un pneu creuvé et rien dans la voiture n’a fait « ding ding » pour vous en informer ? Une voiture de ce prix sans surveillance de la pression des pneus ?

    Sinon, c’est pas pour dire, mais son proncipal point faible, c’est son style. Les Range Rover mettant rarement les pneus dans la boue (sauf en cas de fonte des neiges précoce à Courchevel), être extraordinaire dans le hors piste ne va pas l’emmener très loin.

    Répondre
  5. JF Bouzanquet

    Alors Y-A ? séduit par le Maroc, les mannequins suédois et les Range ? Ha ha !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.