L‘hiver approche à grandspas, et bientôt il neigera sur nos routes. L’occasion de vous rappeler que même dans les pires conditions climatiques, un cabriolet se conduit toujours capote rabattue. Comme nous l’avons fait en début d’année en Espagne au volant de cette Bentley Continental GTC V8, par une température négative, juste aidés d’une paire de bons gants et d’un écharpe en cachemire. « The True Bentley Boys« , comme nous a appelé l’une des directrices de la communication de la marque, en nous voyant partir ainsi affronter les routes verglacées de la Rioja.

A propos de l'auteur

Yan Alexandre Damasiewicz
Rédacteur en Chef

Après avoir crée le Blenheim Gang en 2003 avec Paul Reynolds, Yan Alexandre est tout naturellement devenu journaliste, spécialisé dans la culture automobile. Enfin, pas si naturellement que ça, puisqu'il a passé quelques années de sa vie à s'occuper de sites internet en agence, avant de changer d'orientation. Aujourd'hui il collabore régulièrement aux magazines GQ, Intersection, Evo & Octane. Ses passe-temps préférés ? Traverser l'Europe au volant de sa BMW 1600ti de 1967 et rêver aux voitures les plus improbables qu'il pourrait acheter...

5 Réponses

  1. josh

    « un cabriolet se conduit toujours capote rabattue »
    Il faudra rappeler ça à tous les acheteurs de Megane CC / 308 CC / Golf CC qui en plus de se trimballer dans des voitures qui ressemblent à des baignoires, ont une capote (pardon, un toit en dur) qui sert au moins aussi souvent qu’une piscine privée située dans la moitié nord de la France.

    Répondre
  2. Zeppelin

    Bien parler Josh ,
    Sublime ces image et surtout l’exactitude reflet de ce que doit être un cabriolet,
    Je n’ai pas eu de Bentley mais j’ai apprécié pendant plus de 20 ans entres autres deux petites anglaise Triumph Mk2 et Mk4 qui m’on donner du bonheur a ciel ouvert de jours comme de nuit et toutes saisons, et volontairement sous une pluie fine qui rendez la promenade cheveux aux vent exceptionnel
    Aujourd’hui on ce confine dans un cab avec une climatisation et on décapote uniquement aux vu du publique
    bien dommage,et surtout quel gâchis pour des véhicule spécialement conçus pour décoiffé au sens large du terme.

    Répondre
  3. beniot9888

    Je m’insurge ! Je m’offusque !

    On ne décapote pas n’importe où ni n’importe comment !

    Premièrement, on ne décapote pas une capote encore humide, et encore moins une capote mouillée. Et en cas de température négative, on évite également de plier la toile, histoire de ne pas ruiner les joints collés ni tous les endroits où de l’humidité aurait pu s’insérer avant d’y geler.

    Bref, on décapote la voiture au sec et au chaud, dans le garage, avant de la sortir ! :)

    On respecte le matériel. Même quand il ne vaut que 200 000 euros et qu’on l’aura remplaçé la saison prochaine parce qu’il ne sera plus à la mode.

    Répondre
  4. fredledragon

    Superbe image, bravo au photographe!

    Mon premier réflexe quand je monte dans ma décapotable c’est d’enlever le toit qui m’empêche de respirer.
    Par contre n’étant pas équipé en pneu neige, j’avoue que je ne prendrai pas le risque d’aller rouler sur une belle route blanche.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.