Trans Europa Express, Rendezvous auf den Champs Elysées, Verlasse Paris am Morgen mit dem T.E.E., In Wien sitzen wir im Nachtcafe, Direktverbindung T.E.E., Wir laufen ein in Düsseldorf City, Und treffen Iggy Pop und David Bowie, Trans Europa Express.

TEE RAe II_2

Kraftwerk ne s’y trompe pas en sortant l’album éponyme en 1977 : les différents trains du Trans Europ Express permettent alors depuis 20 ans de sillonner l’Europe dans un niveau de confort et de service maintenant disparu.

TEE_NS_3

Destinés à contrer l’essor du transport aérien et s’adressant à une clientèle d’affaire ou tout du moins haut de gamme, le principe des Trans Europ Express est théorisé en 1957 par le président des Chemins de fer néerlandais : ils doivent être rapides et exclusivement constitués de premières classes, circulant de jour principalement sur des parcours internationaux.

1957, c’est aussi l’année du Traité de Rome et vous ne serez pas étonné de retrouver au tour de table de la coentreprise des TEE les six pays fondateurs de la CEE auquel s’ajoute la Suisse, puis par la suite l’Autriche et l’Espagne.

TEE vt11.5_1

Le TEE scelle donc le sort de la vapeur et des voitures Pullman d’avant guerre : l’avenir est d’abord aux automotrices diesel pour s’affranchir des frontières électriques entre réseau puis aux locomotives poly-courants.
Chaque compagnie contributrice met à disposition des TEE le meilleur matériel dont elle dispose, voir en conçoit un spécifique : en France la CC40100 met à profit sa quadri-tension pour fréquenter les liaisons du nord de l’Europe quand les Talgo III adoptent l’écartement variable pour s’aventurer hors du réseau espagnol. Les Suisses, les Néerlandais et la Deutsche Bahn choisissent quant à eux de développer des automotrices diesel spécifiques pour les services TEE : les RAe TEE II, RAm TEE I et baureihe VT11.5. Ces trains constituant à chaque fois le porte drapeau des compagnies nationales.
Le réseau TEE atteint son apogée en 1972, avec la desserte de près de 200 villes du continent européens, mais les deux chocs pétroliers et l’essor du transport aérien, contre lequel les TEE ne peuvent lutter, incitèrent les chemins de fer à réaliser des économies, seuls les trains les plus fréquentés demeurant en service.

TEE_L'Oiseau_Bleu,_Brussels_79

Les TEE finissent par disparaître en 1987, vidés de leur sens originel et dans l’indifférence quasi générale : l’avion a supplanté le rail en Europe.
L’esprit grand tourisme quitte les rails en même temps qu’il disparaît de l’automobile : la vitesse des TEE (200km/h déjà pour le Capitole quand il traverse la Beauce) ne s’accompagnait pas d’infrastructures dédiées. C’était encore au matériel de faire la différence. Dans l’esprit, c’est à rapprocher d’un trajet en direction de la French Riviera par la N7 et la route des Grandes Alpes à bord d’une Ferrari 365 GT4. Définitivement Blenheim.

A propos de l'auteur

Arnaud
Rédacteur Architecture & Design

Dès son plus jeune âge, Arnaud commence à compter le nombre de pots d’échappement des autos qui parcourent la côte d’Azur pour mesurer leur intérêt (nous vous rassurons, il a changé d’unité de valeur depuis). Comme tout petit garçon, il joue avec des trains et des voitures, ce qui contribuera définitivement à son intérêt pour tout ce qui vole et roule. Quelques années plus tard il développe une appétence supplémentaire pour l’architecture. Aujourd’hui, c’est dans un domaine bien différent qu’Arnaud se prépare à trouver un employeur. Il se mettra à porter des costumes, en même temps qu’il abandonnera sa carte Imagin’R et se mettra en quête de quatre roues et un toit.

3 Réponses

  1. Alan Each

    Ils n’auront même pas vu la chute du mur de Berlin qui permet l’extension de l’Europe vers l’est, dans des dimensions encore plus favorables à l’avion, ni le tunnel sous la Manche, à l’opposé consécration moderne du rail, qui permet de relier les grandes capitales du continent à « la Tamise et Chelsea », laissant Gainsbourg et son Gainsborough sur le ferry boat, bien loin de 69… :)

    Répondre
  2. BentleyTurboR

    … nostalgiquement nostalgique… L’Europe se prêtant merveileusement bien au chemin de fer par sa taille, sa diversité, ses points d’interêt, etc,… peut-être s’agit-il là d’une nouvelle idée ferroviaire à creuser alors que le plus petit dénominateur commun (le low cost) règne… Qq beaux voyages ou une suite sans fin de voyages médiocres et formatés ?… En attendant, je recommande chaudement la vite de l’excellent Musée du Chemin de Fer à Mulhouse, où – entre autres – l’épopée TEE est contée, voitures, videos et memorabilia à l’appui.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.