AC 3000ME

0

AC 3000ME

En 1968, bien loin des soulèvements estudiantins qui troublaient le continent, Robin Bohanna et Peter Stables , deux anciens mécaniciens de Lola, s’attelèrent à la création d’une voiture de sport à moteur central en prenant pour base un projet Unipower mort-né. Quatre ans plus tard, ils dévoilèrent le fruit de leur labeur au Racing Car Show. La Bohanna Stables Diablo suscita un vif enthousiasme de la part de la presse. Les éditorialistes ne manquèrent pas de noircir leurs colonnes avec les péripéties de ces deux mécaniciens ayant passé 4 ans de leur vie dans un atelier sordide à créer un engin aussi séduisant.

Bohanna Stables Diablo

Encouragés par cet intérêt, les deux compères tentèrent, sans succès, de constituer une société pour produire la Diablo sous forme de kit. Ils s’en allèrent alors frapper aux portes de TVR et d’AC pour monnayer les droits de leur création. Les deux manufacturiers étaient prêts a répondre à leur requête par l’affirmative mais, persuadés qu’AC offrirait de meilleures garanties pour la pérennité du projet, Bohanna et Stables décidèrent de signer avec la vénérable firme de Thames Dutton. Cette dernière était d’autant plus enthousiaste à l’idée de mettre la Diablo en production sous les meilleurs délais, que l’AC 428, qui constituait sa gamme, était excessivement compliquée et coûteuse à produire.

AC annonça donc que l’AC Diablo sortirait de ses ateliers dès 1973 mais le processus de développement s’avéra beaucoup plus long. L’insipide moteur 4 cylindres de l’Austin Maxi du prototype céda notamment la place au V6 Ford « Essex » pour d’évidentes considérations de crédibilité.

AC 3000ME

AC 3000ME

En 1974, les spécifications furent enfin finalisées mais ce n’est qu’en 1978 que la Diablo, désormais baptisée AC 3000ME (Mid Engine) fut enfin lancée sur le marché mais l’enthousiasme initial de la presse et du public avait malheureusement cédé la place à une lourde indifférence.
Au cours d’une carrière qui s’étira péniblement sur 7 ans, une centaine d’exemplaires seulement fut produit. Parmi ce nombre, on compte un exemplaire retravaillé par Ghia en 1981 dans l’optique de créer une potentielle voiture de rallye (AC Ghia) ainsi que la Shelby ME de 1982, utilisée par le géniteur de la Cobra pour y tester les solutions techniques qu’il destinait à la gamme Chrysler d’alors. Les tentatives de relancer la production en Ecosse avec un moteur V6 Alfa Romeo restèrent vaines, tout comme le projet Ecosse Signature, restyling hideux pourtant signé Peter Stevens d’une 3000ME équipée d’un Fiat Twin Cam.

AC Ghia

Ecosse Signature

Années : 1973-1984
Production :
Moteur : V6 – 1ACC – carburateur
Cylindrée : 2994 cc
Puissance : 138 ch DIN à 5000 tr/min
Couple : 24 mkg à 3000 tr min
Transmission : BVM5 – AR
Poids : 1085 kg
V MAX : 200 km/h
0 à 100 km/h: –
1000 m d.a. : –

AC 3000ME

AC 3000ME

AC 3000ME

texte : Paul Reynolds, photos D.R © www.blenheimgang.com