AUSTIN PRINCESS

1

« La beauté ne se discute pas, elle règne de droit divin. Elle fait Prince quiconque la possède ». C’est par cette citation d’Oscar Wilde que s’ouvre la brochure de la Princess 2200 HLS. On ne peut nier le fait que cette voiture est une incontestable réussite du point de vue stylistique.

090302-austin-princess-02

Cette ligne baptisée « Wedge » ( que l’on peut traduire en français par « coin » ou « cale » ) va devenir une figure imposée des années 70 : un avant long et bas, une ligne de caisse qui monte vers un arrière « fastback » assez élevé. De nombreux détails élégants mettent en valeur ce profil très réussi : la découpe si particulière des vitres avant, le panneau de custode recouvert de vinyle, le pavillon qui se révèle subtilement à l’arrière pour procurer un peu d’appui aérodynamique, ou encore les essuie-glaces qui disparaissent complètement sous le capot.

090302-austin-princess-01

La ligne est superbe et n’a pas de peine à faire oublier l’infâme Allegro qu’elle remplace. Seul manque à l’appel un hayon, ce qui ne sera pas sans conséquences sur les ventes. Bien que présent sur le prototype, celui-ci a été retiré sur la version définitive. On parla du coté populaire de cette ouverture, plutôt destinée aux petites voitures, ou de la complexité et du surpoids entraîné… mais la vérité est purement politique. Il est en effet hors de question de concurrencer la Rover SD1 dotée de la fameuse 5 ème porte. Austin devra rester en dessous de Rover, ainsi soit-il.

090302-austin-princess-03

La voiture est lancée le 26 Mars 1975 sous l’appellation « 18-22 Series ». L’unification n’était pas encore de mise dans le groupe British Leyland et la voiture fut donc lancée sous les marques Austin, Morris et Wolseley, la différence se faisant essentiellement par des variations de calandres et capots. Le nom Princess ne sera adopté que 6 mois plus tard lors de l’unification d’Austin et de Morris. La version haut de gamme Wolseley disparaît alors. Il est amusant de constater qu’en si peu de temps elle se vendit mieux que l’Austin 2200 HLS, qui chapeaute dès lors la gamme, durant toute sa production.

090302-austin-princess-07

La voiture impressionne par son confort, sa stabilité et sa tenue de route, à tel point qu’on a pu la comparer à la Citroën CX. Elle reprend évidement les suspensions Hydragas, fierté du groupe, mais le confort passe curieusement aussi par le flexion des flancs des pneumatiques, provoqués par l’association d’une monte large avec des jantes étroites. La planche de bord, taxée de « futurisme » par la presse fut elle aussi très appréciée, tout comme le grand espace intérieur.
Reste le point noir de la voiture : le moteur. Le meilleur disponible, le 6 en ligne 2200, ne délivre que 110 lymphatiques chevaux, les performances sont plus que médiocres, et la consommation gargantuesque.

090302-austin-princess-04

Des motorisation faibles, l’absence de hayon, la Princess commençait à manquer d’arguments vendeurs quand ressurgit l’éternelle maladie des productions British Leyland : la fiabilité catastrophique. Quant à la finition… Sur les premiers exemplaires les assemblages intérieurs sont mauvais et les couleurs des différents éléments ne correspondent pas. Les problèmes furent réglés, mais l’image de la Princess ne s’en relèvera pas, les ventes sont faibles, et n’atteindront jamais les objectifs commerciaux. En 1978 est effectué un premier restylage, avec l’apparition de nouvelles motorisations (1.7 et 2.0).

090302-austin-princess-05

En 1982 la voiture subit un restylage très profond, rendu possible par le succès commercial de l’Austin Metro. La carrosserie est très profondément modifiée avec une face avant inédite, l’apparition d’un hayon et d’une vitre de custode. Les changements sont tels que l’on change aussi le nom de la voiture qui devient Austin Ambassador. Curieusement l’habitacle est appauvri. Les sièges perdent leurs nombreux réglages, la planche de bord est simplifiée. Pire, les moteurs eux aussi perdent de la puissance, alors qu’ils étaient déjà le principal défaut de la voiture. Ce n’est pas l’apparition d’une version Vanden Plas qui sauvera l’Ambassador qui disparaît du catalogue 2 ans plus tard, sans même avoir été importée sur le continent.

090302-austin-ambassador-01

AUSTIN PRINCESS 2200 HLS

Années : 1975-1982
Moteur : 6 cylindres en ligne – 1ACT – 2 carburateurs SU
Cylindrée : 2227 cc
Puissance : 110 ch DIN à 5000 tr/min
Couple : 17,1 mkg à 3500 tr min
Transmission : BVM4 – AV
Poids : 1230 kg
V MAX : 167 km/h
0 à 100 km/h: 13,5s

090302-austin-princess-08