BMW Z18 : L ‘ANCÊTRE DU X5

0

Au dernier salon de Francfort, Honda a intrigué les visiteurs avec son surprenant Project 2&4 qui combine le meilleur de l’automobile et de la moto. BMW a eu une idée similaire en 1995 avec son étrange étude de style Z18.

L’histoire du Z18 commence au début des années 1990. Après des décennies à produire exclusivement des berlines et des coupés, BMW souhaitait explorer de nouveaux segments, et la direction de la marque était ouverte à la réalisation de concept-cars les plus délirants. À la même époque, la division deux-roues de BMW remarquait qu’après des années de stagnation, les ventes de moto-cross connaissaient une soudaine hausse. Alors, BMW Technik – un bureau d’étude indépendant, intimement lié au constructeur de Munich – fut commandité pour assembler un prototype de voiture de loisir à mi-chemin entre une voiture et une moto-cross.

bmw_z18_concept_8

Vu de face, le Z18 évoque instantanément le Z3 roadster, qui fut comme lui présenté en 1995. Comme ce dernier, le Z18 dispose d’un long capot qui se prolonge jusqu’au-dessus du bouclier avant, mais il est équipé de quatre phares ronds, sensé évoquer les motos d’enduro de la marque. L’arrière de la voiture se caractérise par un panneau concave, des feux horizontaux étirés, et un étrange entourage de plaque d’immatriculation chromé.

bmw_z18_concept_9

Ne disposant ni de toit ni de capote, le Z18 propose un habitacle plutôt spartiate avec des sièges baquets imperméables, des tapis de sol en caoutchouc, et un bloc d’instrumentation minimaliste composé de trois compteurs ronds (encore une allusion à l’univers moto) monté au centre de la planche de bord, et délibérément orienté vers le conducteur. De façon assez intéressante, ce concept pouvait être configuré en version 2 ou 4 places, ainsi que sous la forme d’un pick-up.

bmw_z18_concept_1

Le Z18 est motorisé par un V8 de 355 ch entraînant les quatre roues via une transmission manuelle à cinq rapports. Aucun chiffre de performance ne fut publié, mais avec sa carrosserie en matières synthétiques et son châssis en acier allégé, on peut imaginer que le rapport poids/puissance de la voiture est avantageux. La généreuse garde au sol, ainsi que l’absence de porte-à-faux suggère également des capacités intéressantes en tout-terrain.

bmw_z18_concept_4

Il n’a jamais été envisagé de produire cette étude de style, et BMW ne l’a présenté au public que cinq ans après sa conception ; mais les dirigeants de la marque gardèrent en tête l’idée de lancer un modèle plus orienté vers les loisirs : ce sera le premier X5 (E53), dont l’étude commença peu de temps après la réalisation du Z18.

Il est assez amusant de penser que chaque modèle de SUV que BMW vend aujourd’hui tire une partie de ses origines du fait que, un quart de siècle plus tôt, les ventes de moto-cross aient connu un regain d’intérêt…