BRISTOL BULLET, BLENHEIM OR NOT ?

0

Bristol sort une nouvelle voiture, pour la première fois depuis 12 ans. Mais est-ce une bonne nouvelle ?

L’histoire est belle. Repris en 2011 par le groupe Kamkorp (propriété la famille Siddiqi), Bristol devenait associé au constructeur Frazer-Nash, spécialisé depuis dans la fabrication de chaînes de traction hybrides. Une technologie qui devait équiper un hypothétique nouveau modèle, mais les fils Siddiqi firent une découverte dans l’atelier Bristol qui allait bousculer les plans. Sous une bâche, et une épaisse couche de poussière, se cachait un roadster de 1966, dont plus personne ne connaissait ni la raison d’être, ni l’origine. Seul son nom avait traversé les âges : Bullet. Quoi de mieux que d’en « relancer » la production, à 70 exemplaires, pour célébrer les 70 ans du constructeur ?

bullet-002

BLENHEIM !

#1 Une nouvelle Bristol, c’est un événement en soi qui nous suffit amplement. Faut-il lire la suite ?

#2 Un retour aux sources avec un moteur (et une transmission) BMW, comme lors des débuts de la marque. Ici, le V8 4,8 l atmosphérique (sans doute le N62B48 qui n’équipe plus que la Morgan Aero 8, après avoir déserté les capots des BMW depuis 2010) développant 400 ch. Avec sa carrosserie en carbone, la Bullet n’affiche que 1 100 kg, et promet des performances dingo, comme un 0 à 100 km/h en 3,8 s.

bullet-003

#3 Vue d’en haut, elle a l’air diablement sexy…

ANTI-BLENHEIM !

#1 … Mais sous n’importe quel autre angle, elle ressemble à une voiture des années 50 passée entre les mains de Xzibit. Les jantes et les optiques sont tout simplement grotesques, et l’ensemble est d’une lourdeur rebutante. Ce qui était acceptable dans les années 70 et 80, lors de la débâcle de l’automobile britannique ne l’est plus du tout à une époque ou la mode est aux refabrications et autres resto-mod soignées dans les moindres détails.

#2 Ras le bol du storytelling. À vrai dire, la Bullet d’origine ressemble bien plus à la Blenheim Speedster de 2002. Qui avait autant sa place dans un épisode de Oui-Oui que la nouvelle venue.

bullet-004

#3 On n’a pas du tout envie de s’asseoir dedans. Le dessin de l’habitacle est simpliste, le volant affreux, la largeur aux épaules suggère l’amputation, et la promesse d’un écran tactile développé maison (aïe aïe) fort de l’expérience accise avec le Metrocab (autre produit du groupe) n’aide pas à rendre l’ensemble plus désirable.

BORIS’ VERDICT :

« Perhaps if they left it hidden away for so many years, it was for a very good reason… Like the fact it’s an eyesore »
boris992