BUCKMINSTER FULLER

0

Vous souvenez vous du pavillon des Etats-Unis à l’exposition universelle de Montréal 1967 ? Non ? Ce n’est pas grave, les lignes qui suivent vous permettront d’en savoir plus.

Buckminster+Fuller

Dès la fin des années 1920, Richard Buckminster Fuller met au point une maison, la Dymaxion House, combinant légèreté de la structure, préfabrication des éléments de construction et facilité de montage. Elle intégrait aussi les exigences du climate control, une régulation thermique avant l’heure. Visionnaire, Fuller avait prévu un garage pour la voiture et l’aéroplane !

fly eyes dome dymaxion

D’ailleurs, en causant de voiture, abordons le sujet de la Dymaxion Car : three wheeler passé en soufflerie, elle détonne au milieu des formes en vogue en 1933. Isamu Noguchi n’y est pas étranger, les deux hommes étant très lié.

Wichita house

Après la Seconde Guerre mondiale, les recherches de Buckminster Fuller trouvent un nouvel aboutissement via un second prototype de Dymaxion House, inspiré des silos à grains métalliques. L’objectif de ses recherches est alors de parvenir à une industrialisation de l’habitat, mais, malgré l’échec subi sur ce plan, ni sa détermination ni son inventivité ne sont entamée.

montreal3

La véritable reconnaissance lui viendra alors avec ses fameux dômes géodésiques, structures autoportantes pouvant couvrir d’immenses surfaces. Le pavillon des États-Unis à l’Exposition universelle de 1967, à Montréal, en fut la plus célèbre déclinaison et vous pouvez toujours allez y jeter un œil, après un détour par le Saint Laurent.

buckminster3

Ingénieur de génie, inventeur infatigable, Richard Buckminster Fuller a tenté tout au long de sa vie d’exploiter le progrès technologique et de prendre en compte l’évolution des modes de vie. A posteriori, on peut juger que la voie qu’il choisit ne s’est pas imposée.