LES COCKPITS FERMÉS SONT-ILS L’AVENIR DE LA F1 ?

0

La Formule 1 teste cette année des systèmes pour protéger la tête des pilotes. Est-ce l’avenir de la discipline ? Peter Stevens se demande s’il n’y a pas là une opportunité de rendre les monoplaces plus élégantes.

Personne ne contredira le fait que perdre la vie d’une blessure à la tête n’est pas un risque acceptable en sport automobile – et plus particulièrement sur les monoplaces à cockpit ouvert. Jenson Button pense qu’il est temps que cela change, Lewis Hamilton n’aime pas les dernières propositions, mais supporte l’idée. Les législateurs de la Formule 1 et de l’Indycar travaillent sur des dispositifs de protection du pilote, mais l’apparence du système Halo a été largement critiquée.

Le système Halo, testé par Ferrari.

Cette proposition de la FIA, complexe et disgracieuse, a été testée par Ferrari. Elle n’aide pas les F1 à être plus élégantes, pas plus que la proposition alternative de bulle testée par Daniel Ricciardo sur sa Red Bull. Les monoplaces sont certes des voitures d’ingénieur, mais les arêtes droites, les surfaces planes et l’absence totale de style rendent le look des F1 de ces dernières années particulièrement inintéressant.

La proposition alternative de Red Bull, pas beaucoup plus élégante.

Aux Etats-Unis, les dragsters Top Fuel, qui atteignent régulièrement les 500 km/h doivent maintenant avoir des cockpits fermés. La critique émise la plus souvent par ceux qui n’aiment pas cette idée est que l’on ne pourra plus voir les gestes des pilotes – mais ça fait des années qu’on ne voit plus grand-chose si ce n’est le sommet d’un casque !

Les pionniers : Auto Union Type B, Mercedes W25 et Novi.

Les monoplaces à cockpit fermé ne sont pas une idée nouvelle. Dans les années 1930, Mercedes et Auto Union réalisèrent des voitures de ce type. En 1946, une Novi des 500 miles d’Indianapolis a été convertie en voiture des records avec l’ajout d’un habitacle fermé.

Jack Brabham et sa F2 à Monza 1967, Vanwall F1 de Stirling Moss en 1958, les Protos F2 de la saison 67.

En 1967, à Monza, Jack Brabham installa une bulle en plexiglas sur une de ses Formule 2, dans le but d’accroître la vitesse de pointe, mais il trouva les reflets du soleil et des arbres trop dérangeants. Ce qui n’empêcha pas la petite équipe anglaise Protos de persévérer avec des cockpits semi-fermés sur ses F2 à châssis en contreplaqué durant la même saison 1967.

La Red Bull X2010 imaginée par Adrian Newey pour le jeu Gran Turismo.

Il y a quelques années, l’équipe de Formule 1 Red Bull proposa un concept de monoplace du futur pour le jeu Gran Turismo avec un cockpit fermé, bien avant que la FIA ne commence ces recherches – en projetant par exemple une roue de voiture de course contre une verrière d’avion de chasse.

Le futur ?

De nombreux designers et illustrateurs proposent leurs propres visions de l’apparence des F1 du futur. Ce sont toutes des voitures excitantes, à la fois futuristes et élégantes – ce que l’on ne peut pas dire des F1 contemporaines. L’aspect le plus intéressant de leurs propositions est le remplacement des ailerons avant actuels, absurdement complexes, vulnérables et coûteux, par des ailes simples et robustes. Et ce que les constructeurs et la FIA prendront un jour compte de ce que les amateurs pensent de la F1 ? Je crains que non…