FORD MUSTANG BOSS 302 LAGUNA SECA

0

Rendez-vous avec une voiture américaine : voici une curieuse idée, à laquelle nous ne sommes pas trop habitués au Blenheim Gang. Et pourtant, c’est au volant de la plus exclusive des Ford Mustang que nous allons prendre la route.

Ford Mustang Boss 302 Laguna Seca, rien que ça. Un peu perdu dans cette appellation à rallonge ? Bien, commençons pas le commencement : la version Boss 302 ressuscite une mythique appellation qui nous renvoie 40 ans en arrière. Elle se veut une édition ultime de la Pony Car, en empruntant des solutions jusqu’ici réservées aux versions de compétition de l’auto. Un bon gros moteur 302 ci, soit 5,0 litres, de 440 ch ; un allégement global ; et une suspension fortement retravaillée. Le tout en fait la Mustang le plus performante de tous les temps – dixit la com’ de Ford. Enfin presque, car cette série limitée Laguna Seca pousse le bouchon encore plus loin : éléments aérodynamiques directement issus de la compétition, et remplacement de la banquète arrière par un renfort de carrosserie. Alléchant.

Ford-Mustang-Boss-302-Laguna-Seca-10

Il faut l’avouer, nous ne sommes pas des grands adeptes de sportives américaines modernes. Si on loue leur solutions techniques simples et efficaces, l’emballage n’arrive généralement qu’a nous faire soulever un sourcil dubitatif. Si la Mustang actuelle est l’un des exemples les plus réussi de rétrodesign, la finesse des dessins américains ne résiste que rarement à un examen attentif. Dans cette version Laguna Seca, à la livrée exclusivement noire zébrée de rouge, elle n’arrive même plus à être belle de loin : il va falloir assumer.

Ford-Mustang-Boss-302-Laguna-Seca-19

Faisons le tour de l’auto. Stripping rouge – inspiré des mythiques versions Boss de la fin des années 1960 – énormes jantes métal surlignées de rouge, toit rouge, gigantesque aileron rouge… Sans oublier l!inénarrable lame de spoiler en carbone, de la taille d’une étagère, retenue par deux interminables tirants – au moins celle-ci n’est pas rouge. De quoi faire passer le GMC Vandura de l’Agence Tous Risques pour un modèle de discrétion.

Ford-Mustang-Boss-302-Laguna-Seca-14

À bord, le spectaculaire est toujours de mise avec les deux tubes croisés de l’arceau arrière, eux aussi peints en rouge. Les baquets Recaro imitants les sièges de la version originale sont superbes, tout comme la planche de bord, elle aussi très rétro. Le volant garni d’Alcantara et l’amusant levier de vitesse (une boule noire brillante sur un épais tube en inox) me propulsent immédiatement dans l’imaginaire des muscle cars des sixties. Prêt pour un 400m départ arrêté ?

Ford-Mustang-Boss-302-Laguna-Seca-12

La voiture dispose de trois clés. Une normale, une « Track Key » qui libère l’auto de toutes aides à la conduite et paramètre l’auto dans les mode les plus sportifs, et une intéressante clé parentale permettant de brider la Mustang lorsque vous la laissez à votre charmant, mais indiscipliné, bambin : de la vitesse maxi au volume de la sono, tout est pensé pour qu’il reste tranquille. La chaussé étant surgrasse après une violente averse d’automne, je choisi la première, prudemment.

Ford-Mustang-Boss-302-Laguna-Seca-20

La sonorité libérée par le V8 au démarrage est tout simplement dantesque. Le puissant grondement laisse rapidement place à des borborygmes profonds qui font vibrer toute la caisse. On n’a pas encore parcouru un seul mètre que les sensations sont déjà au rendez-vous. Le secret : en plus des deux lignes d’échappement principales, deux tubes secondaires latéraux, qui débouchent en avant des roues arrières, au niveau des oreilles. Grisant. On en oublie vite l’absence quasi-totale d’équipement à bord, et la relative pauvreté des finitions. D’une poigne ferme, on enclenche le premier rapport et relâche prudemment l’embrayage…

Ford-Mustang-Boss-302-Laguna-Seca-08

Contrairement à bien des autos modernes, la Mustang n’est pas évidente à manier dans le trafic. Premièrement ses dimensions impressionnent, et l’imposante bosse qui orne la moitié du capot n’aide pas à définir les limites de l’auto. Ensuite, la surabondance de couple nécessite un dosage précis de cette pédale qui tend de nos jours à disparaître : celle de l’embrayage. L’instrumentation est illisible, et les minuscules graduations en km/h rendent la lecture de la vitesse impossible. Tant pis pour les radars, suivons le rythme de la circulation au jugé.

Ford-Mustang-Boss-302-Laguna-Seca-07

À la première bretelle d’autoroute venue on écrase l’accélérateur. Sensation décevante : si les 440 chevaux assurent une accélération confortable, on s’attends à quelque chose de plus virulent, en adéquation avec le look extrême de l’auto. 1700 kg à propulser, cela représente déjà un handicap. Le bruit, lui, est dantesque, d’autant plus que le moteur s’envole très haut : zone rouge à 7800 tours / minute.

Ford-Mustang-Boss-302-Laguna-Seca-11

Me voilà dans la Vallée de la Chevreuse sur nos routes d’essais habituelles. Toujours grasse, la chaussée appelle à la plus grande vigilance. Si le levier de vitesse est d’un maniement délicieux, ultra-court et très ferme, on l’oublie rapidement : la quasi totalité de notre trajet sur routes sinueuses peut se faire en troisième, le couple permettant des relances rapides à tous les régimes. Sans oser la bousculer plus que de raison, on se fait très plaisir au volant de cette Mustang Boss 302.Et tant pis si l’on ne comprend toujours pas le gabarit : attention dans les passages étroits. Attention aussi dans les épingles, à passer sur un filet de gaz : l’arrière à beau prévenir, vient un moment où il décide de vouloir passer devant. Prudence. À moins qu’au gré des arrêts les clés se soient interverties. C’est donc ça la Track Key ? Allez savoir…

Ford-Mustang-Boss-302-Laguna-Seca-06

VISUAL ATTRACTION 4 TWIGGS

Rien à faire, on n’arrive pas à assumer le total look de la Laguna Seca. Mais on y pensera le jour où l’on se recyclera en agent Harley Davidson, ou en patron de boîte de nuit de bord de nationale.

MECHANICAL THRILLS 8 TWIGGS

Coupleux, le V8 « Boss 302 » est fantastique, même s’il lui manque un tout petit peu de puissance encore. Un compresseur, c’est possible ?

HANDLING 8 TWIGGS

La conduite de la Mustang rappelle des sensations que l’on avait oublié sur les autos modernes. Authentique me souffle-t-on.

CLASSIC APPEAL 9 TWIGGS

Pour l’amateur du genre, la Boss 302 Laguna Seca est un collector absolu. Pour les autres cela restera une voiture un peu trop voyante.

BLENHEIM GIRL PULLING ABILITY 1 TWIGGS

Désolé, nous n’avons encore jamais vu une Blenheim Girl monter dans une américaine moderne. Mais à la sortie de cette boite de nuit, vous allez avoir des chances.

BLENHEIM FACTOR 3 TWIGGS

La conduite de la Mustang est amusante, et l’on se prends parfois à son volant pour le héros du film Drive… Mais il n’y a rien à faire : on n’arrive pas à se faire à sa « classe américaine », trop éloignée de notre philosophie. À choisir, on lui préfèrera donc l’originale.

[nggallery id=151]

Texte et photos : Yan Alexandre