BMW HOCHHAUS

0

Munich : sa fête de la bière, ses musées, son équipe de football. Un triptyque lapidaire qui ne doit pas faire oublier que la capitale bavaroise abrite également le siège de la Bayerische Motoren Werke. Cela tombe bien, c’est sur cette dernière que nous avons décidé de nous pencher. Mais pourquoi parler de BMW dans cette rubrique forms le plus souvent dévolue à l’architecture ?

En fait de BMW, ce n’est pas des automobiles ou des motos que nous allons parler mais du bâtiment qui en abrite le siège social. Souvenez vous : Munich 1972, les jeux olympiques d’été se déroulent dans une Allemagne divisée et seront entachés d’un acte terroriste qui éclipsa l’exploit du nageur américain Mark Spitz qui recueilli sept médailles d’or en sept compétitions… Les jeux olympiques, c’est une vitrine pour une ville. A ce titre, BMW mit les bouchées doubles pour pouvoir terminer son nouveau siège social à temps pour l’évènement.


L’architecte autrichien Karl Schwanzer est à l’origine du bâtiment qui étonne encore quand on arrive dans la ville. Quatre cylindres très travaillés et en partie intégrés dans le cœur de l’infrastructure (donc quatre fois trois quart de cylindre si vous suivez) constituent la partie la plus visible du bâtiment. Le noyau de béton central abrite les fonctions utilitaires tandis que les quatre cylindres héberge les bureaux. D’ailleurs ils ont l’air bien ces bureaux dans les années 70 !

L’apparence extérieure rappelle les stries d’un pneu de compétition tandis que chaque étage est attaché directement au noyau du bâtiment, un procédé de construction plutôt original permettant ainsi de pré-monter les étages au sol avant de les fixer lors de la construction. Nous pouvons également noter que la section vide précédant les sept derniers étages est rehaussée de bleu, l’une des couleurs de la marque. Chez BMW, on s’applique même à soigner la finition du siège.


Monumental, quasi sculptural – on pense au sommet de l’immeuble très travaillé sur lequel est appliqué le logo de la firme – le siège de BMW en impose tout en étant formellement très intéressant. Karl Schwanzer a ainsi su créer une forme commune à nulle autre. Enfin, comme chez BMW on a de la suite dans les idées, la conception du BMW Welt a été confiée aux autrichiens de l’agence Coop Himmelblau. Il devait ouvrir pour la coupe du monde de football de 2006.