GOUSSAINVILLE SPOTTING

0
La réputation du vieux pays de Goussaiville n’est plus vraiment à faire auprès des amateurs d’excursions originales. Ne tenant pas à être en reste, j’ai voulu constater par moi-même l’ambiance particulière de ce village partiellement figé dans le temps. Ce que je n’avais pas prévu en revanche, c’est la présence d’autres « touristes » venus de bien plus loin, et surtout à bord d’une paire de Citroën. Une Visa et une GS, des couleurs acidulées avec pour seul cadre un désert urbain : plus pop, tu meurs.

Un mot sur le lieu tout de même : Situé à un jet de pierre de l’aéroport Charles de Gaulle, la cause de la désertion presque totale du vieux pays de Goussainville semble évidente : le bruit. Et c’est indéniable, le trafic aérien quasi-ininterrompu se remarque. Mais Goussainville n’est pas le seul village à se trouver au bout des pistes, et tous ne connaissent pas le même sort. Le facteur aggravant est certainement le crash du prototype supersonique Tupolev TU-144 en 1973 (avant même l’ouverture de Roissy), qui emporta avec lui quelques habitations, une école, et malheureusement la vie de 8 habitants de la commune. Pourtant, l’ambiance est loin d’être aussi pesante que l’on peut se l’imaginer, et l’on se plaît à croire qu’avec un peu plus de d’activité, la vie y serait presque supportable (avec des boules quies tout de même).