JAGUAR Mk. X

0

Juste après la révolution provoquée par le lancement de la E-type, Jaguar continue d’étonner 7 mois plus tard en présentant la Mark Ten (Mk.X), une limousine de très haut de gamme.

Jaguar-Mk-X-08

Visuellement la surprise est de taille, la ligne basse et aérodynamique est en rupture totale avec celle qu’elle remplace, la très classique Mk.IX. Si quelques gimmicks de la marque subsistent, comme l’arrondi des vitres de custode, la ligne générale est tournée vers l’avenir. Basse, longue, prête à bondir, elle annonce la lignée XJ. Autre trait caractéristique de la marque qui ne changera pour ainsi dire plus : les 4 phares ronds à l’horizontale, encadrant une calandre de plus en plus basse. Dynamique certes, mais aussi joufflue, elle a du mal à cacher ses dimensions spectaculaires destinées à séduire le marché américain : c’est la plus grande Jaguar jamais produite.
L’intérieur en dit long sur les prétentions de la voiture. Véritable débauche de cuir et de bois précieux, il est rivalise aisément avec celui des Rolls-Royce contemporaines, vendues trois fois plus cher.

Jaguar-Mk-X-07

La Mk.X étonne aussi techniquement. Sa carrosserie autoportante et ses quatre roues indépendantes en font une voiture extrêmement moderne. Son train arrière est repris à la E-type. Il est entièrement démontable d’un bloc, avec disques de freins in-board, une pièce d’orfèvrerie. Enfin, il y a le moteur, le 3.8 qui provient lui aussi de la E-type. Avec ses 265 ch. il participe au caractère exceptionnel de la voiture. Deux tonnes à 200 km/h, ce slogan lui va effectivement à merveille. Du fait de son poids, il est difficile de lui attribuer des prétentions sportives, mais elle se révèle vive et surtout incroyablement performante pour l’époque. Le comportement lui aussi impressionne : stable, équilibrée et précise, la voiture ne souffre pas des mouvements de caisse que l’on peut attendre d’une limousine de son gabarit. Un vrai comportement de Grand Tourisme ! Assurément la berline de (grande) série la plus superlative de son époque.

Jaguar-Mk-X-05

La voiture évoluera peu dans sa carrière, en 1964 elle reçoit le moteur 4.2 puis en 1966 un très léger restylage lui fait changer de nom : elle devient la Jaguar 420G. Seuls changements : une planche de bord à bourrelet de sécurité et l’apparition d’un jonc chromé sur les flancs. Au même moment la S-Type est restylée avec une face avant rappelant la Mk.X et devient Jaguar 420. Cette gamme un peu confuse sera simplifiée en 1968 avec l’apparition de la XJ6 qui les remplacera toutes deux en se positionnant entre elles. Durant les 9 ans de sa carrière les Mk.X et 420G , aidées par un prix extrêmement concurrentiel, seront un réel succès pour la marque. Jusqu’à la Mk.X les Jaguar étaient déjà luxueuses et sportives, elle apportera ce trait de crayon tout en finesse qui perdure avec les XJ actuelles et qui fait d’elle l’ébauche des Jaguar moderne.