LAST CALL : 10 MERCEDES À ACHETER MAINTENANT, OU JAMAIS

1

Acheter une Mercedes : oui, mais laquelle ? Le Blenheim Gang vous propose sa sélection de 10 modèles incontournables encore abordables – pour le moment – et trois plus ou moins bonnes raisons pour craquer.

Mercedes-Benz SLC C107 / 1972-81

  • Parce que c’est un authentique coupé de grand tourisme des années 1970, véritable roi de la route de son époque capable d’avaler les kilomètres d’autoroutes avec une élégance inégalable ; il devrait un jour sortir du demi-anonymat dans lequel sa prestigieuse demi-sœur, le roadster SL R107 l’a injustement plongé. Comprendre par là que si sa côte actuelle n’est pas insignifiante, elle nous parait tout de même bien en deçà de la valeur intrinsèque de cette superbe auto. Une erreur qui finit toujours par être corrigée.
  • Parce que sa ligne est d’un baroque rare pour une Mercedes moderne, ce qui en fait une héritière directe de ces ancêtres “classiques” : pavillon curieusement proportionné, cannelures de bas de caisses rappelant celles des clignotants et des feux arrières, et surtout ces incroyables stores à lamelles des vitres de custode.
  • Parce qu’avec son empattement rallongé par rapport au SL R107 dont il dérive (un cas unique dans l’histoire de la marque), ce coupé offre 4 vraies places : parfait pour rouler en famille avec panache.

Mercedes-Benz 280 TE S123 / 1978-86

  • Parce que les Mercedes W123 sont étrangement sous-estimées en France, alors que les berlines diesel font un tabac aux USA, et les coupés C128 sont über-cool dans tout le nord de l’Europe, des rues de Londres à celle d’Helsinki. On attend quoi ?
  • Parce qu’avec les Volvo 240, c’est aucun doute le plus indestructible break qu’il soit possible de trouver, mais qu’en plus il offre une élégance rare.
  • Parce que si dénicher un break S123 diesel avec plus de rouille que de tôle est chose aisée, mettre la main sur un rare 6 cylindres essence en bon état est une autre paire de manche.

Mercedes-Benz G W460 / 1979-82

  • Parce que dans la catégorie inébranlable 4×4 rustique bon à tout faire, il n’y a pas que le Land Rover Defender.
  • Parce qu’il n’a pas plus cool que des sièges à carreau.
  • Parce que les versions suivantes, à la calandre monobloc redessinée, ressemblent comme deux gouttes d’eau aux versions encore vendues aujourd’hui à vil prix ; leurs prix refusent donc de descendre à des tarifs acceptables contrairement aux G de première série au charme bien plus vintage. Pourquoi hésiter ?

Mercedes-Benz 560 SEC / 1985-91

  • Parce qu’il est toujours permis de frimer avec les mêmes voitures que celles que l’on croisait dans le Miami des années 1980. C’est même encouragé.
  • Parce que c’est encore et toujours une infatigable routière, à bord de laquelle traverser un continent entier peut s’envisager sans crainte. Un volontaire pour un Lisbonne-Vladivostok ?
  • Parce que c’est le dernier grand coupé Mercedes “classique”, avec un feeling de conduite à l’ancienne, et une présentation sobrement baroque. Sa côte s’en souviendra lorsque les centaines d’exemplaires qui croupissent au pied des cités auront disparus.

Mercedes-Benz 300CE C124 / 1987-92

  • Parce qu’il est toujours permis de rouler avec les mêmes voitures que les yuppies des années 1980. C’est même encouragé.
  • Parce que pardon, mais quel dessin d’un classicisme exquis ! Mais seulement avec les clignotants oranges, après, c’est d’un vulgaire.
  • Parce que les Mercedes-Benz de grande diffusion mettent généralement plus de temps que leur concurrentes à sortir de l’anonymat du marché de l’occasion, pour ensuite accrocher des côtes plutôt solides. Sans doute la rançon d’une fiabilité certaine qui empêche le parc de s’épurer. Patience, la génération W124 de berlines Mercedes va bientôt sortir de l’oubli.

Mercedes-Benz 500 SL R129 / 1990-2001

  • Parce qu’il n’a pas plus cool que des sièges à carreau. Ah, on vous l’a déjà dit ?
  • Parce que c’est la dernière génération de SL qui ne nécessite pas un diplôme d’électronicien pour démarrer chaque matin.
  • Parce que c’est déjà un grand classique de l’histoire de Mercedes, et que lorsque tout le monde se sera mis cela dans la tête, elle sera intouchable, comme sa devancière.

Mercedes-Benz 600 SEL W140/ 1991-98

  • Parce qu’avec son gabarit pachydermique, elle est au sommet de l’arrogance automobile allemande, ce qui en fait aujourd’hui une véritable pierre angulaire de l’histoire de Mercedes.
  • Parce que c’est la première Mercedes de route équipée d’un V12 (cf ci-dessus), et qu’elle offre sans doute la façon la possibilité la moins onéreuse d’acquérir une voiture V12 aujourd’hui.
  • Parce qu’avec un peu de poussière et des plaques louches, vous pourrez passer pour un mafieu cosaque à son volant, ce qui est toujours plus rafraîchissant que d’enfiler le costume d’Henry Paul.

Mercedes-Benz E50 AMG W210 / 1996-97

  • Parce que c’est peut-être l’une des AMG les plus emblématiques, et l’une des dernières conçue avant l’absorption totale du préparateur par Mercedes.
  • Parce que son bloc-moteur a été intégralement conçu chez AMG, contrairement à la plus puissante E55 AMG, dont le V8 dérive de celui de la pépère E430.
  • Parce que si la E36 AMG est encore plus collectionnable avec un peu moins de 400 exemplaires produits durant la même période, cette dernière doit se contenter d’un 6-en-ligne. Pas sérieux : en bonne Euro Muscle Car, une Mercedes-AMG ne peut s’envisager qu’avec un tonitruant V8.

Mercedes-Benz SLK R170 / 1996-2004

  • Parce que si ce n’est pas la plus Blenheim des Mercedes, elle n’en demeure pas moins une voiture marquante dans l’histoire de la carrosserie automobile en étant le premier roadster à architecture “coupé-cabriolet”. Et sans doute l’un des plus réussis d’ailleurs.
  • Parce que c’est une voiture étonnamment compacte, surtout pour une Mercedes, au dessin rudement sobre. Autant dire que son dessin risque de vieillir à la perfection.
  • Parce que le conducteur actuel type d’une SLK R170 a généralement les cheveux gris plaqués en arrière, et un petit pull rose posé sans le moindre pli sur les épaules. Autant dire que trouver un exemplaire en état neuf ne sera pas trop difficile.

Mercedes-Benz A210 Evolution V168 / 2002-04

  • Parce que si ce n’est pas, et de loin, la plus Blenheim des Mercedes, elle n’en demeure pas moins une voiture marquante dans l’histoire de l’automobile par son architecture innovante (plancher sandwich), son lancement surprenant (elle fut dévoilée plus d’un an avant sa commercialisation), et son aversion pour les élans qui fit tant jaser à l’époque.
  • Parce que si sa planche de bord est absolument dégueulasse, elle évite au moins les effroyables autocollants latéraux de la A160 Hakkinen Edition.
  • Parce que c’est une AMG qui ne dit son nom, faute à des performances tout de même un peu embarrassantes pour le standing du département sportif de la marque. Et que tout de même, un mini monospace survitaminé, ça a quelque chose d’amusant.