MERCEDES-BENZ E55 AMG

1

À la fin des années 1990 AMG va passer du statut de préparateur à celui de département sportif de Mercedes-Benz. Une voiture symbolise cette montée en puissance : l’E55 AMG.

mercedes-benz_e_55_amg_1a

Mercedes-Benz et AMG se sont fait une spécialité dès les années 70 d’installer au chausse-pied des moteurs gigantesques dans de grosses et confortables berlines. Et si BMW assemblait également quelques berlines surmotorisées capable de dominer l’Autobahn, la course à la puissance entre les deux rivaux ne débutera vraiment qu’au milieu des années 80, avec le lancement de la 190E 2.3-16 préparée par Cosworth, et de la première M3.

mercedes-benz_e_55_amg_2

Après avoir lancé quelques versions très puissantes, mais à la production limitée, de ses Classe E W124 et W210 dans les années 90, Mercedes-Benz et AMG décidèrent de répondre à la nouvelle M5, présentée en 1998, avec une voiture de grande série. Ce n’était pas la plus puissante W210 disponible sur le marché de la préparation, mais la presse fut unanime sur le fait qu’elle accordait performances, luxe et facilité d’usage au quotidien mieux que n’importe quelle autre Classe E.

mercedes-benz_e_55_amg_estate_9

Comme son nom l’implique, la E55 est motorisée par un V8 à 90° de 5,4 litres développant dans sa version de base 349 ch à 5 550 tr/min et 530 Nm de couple de 3 150 à 4 500 tr/min. Accouplé à une transmission automatique à 5 rapports entraînant les roues arrière, le 8 cylindres propulsait la berline E55 de 0 à 100 km/h en 5,4 s, et à une vitesse maxi limitée à 250 km/h. Le système de traction intégrale Mercedes 4Matic était disponible en option sur certains marchés.

Comme il se doit, la version 4Matic faisait sa réclame sur neige.

En Europe, AMG assemblait aussi bien l’E55 en version berline et break, mais seule la première était disponible aux Etats-Unis. Comme les AMG précédentes et sa rivale, la BMW M5 E39, l’E55 était d’apparence relativement discrète. Par rapport à une W210 de base, les principales différences sont une hauteur de caisse inférieure, un kit carrosserie avec des boucliers plus sportifs et des jupes latérales, et des jantes en alliage de 18 pouces. L’habitacle est rehaussé d’un volant à 4 branches, de sièges sport et d’une sellerie spécifique.

mercedes-benz_e_55_amg_estate_3

Environ 12 000 exemplaires de l’E55 furent assemblés de 1998 à 2002, ce qui en fait la W210 AMG la moins rare (il y eut moins de 400 E36 AMG et environ 2 870 E50 AMG). Elle fut remplacée par la W211 E55, un modèle encore plus sauvage, avec une version à compresseur du 5,4 l délivrant environ 475 ch.