ROLLS-ROYCE PHANTOM VII

0

Jeremy, abandonnant parfois la lecture de Royaly Monthly pour lire les colonnes du Blenheim Gang, a remarqué que le monde automobile avait légèrement changé depuis le mariage du Prince de Galles avec Lady Diana Spencer. Prenant acte de cela, il décida immédiatement de contacter les bureaux de la Blenheim Surintendance pour nous faire porter acquéreur d’une paire de toutes modernes Rolls-Royce Phantom de la septième série.

Rolls-Royce-Phantom-6

C’est donc dans un pimpant exemplaire argenté qu’il vient me chercher à l’aéroport d’Heathrow alors que j’étais venu dans nos quartiers britanniques pour rencontrer un vieil ami collectionneur de bric et de broc, accessoirement couturier et dandy à ses heures perdues. Evidement Jeremy ne m’avait nullement prévenu de « sa » nouvelle acquisition, et c’est non sans surprise que je la découvre, au 3e étage du parking où il a l’habitude de se terrer pour se livrer tranquillement à ses lectures coupables. La Silver-Cloud habituelle a donc été abandonnée, j’apprendrai plus tard qu’elle a été réaffectée au Blenheim Scout Camp de Copenhague.

Rolls-Royce-Phantom-11

Jeremy m’ouvre la lourde portière en me dévoilant les derniers potins mondains que je feins d’écouter tout en découvrant mes nouveaux appartements – il n’y a pas d’autres mots pour décrire l’intérieur de la Rolls. Tandis qu’il charge mes malles dans le coffre, je referme la portière d’une longue pression sur un bouton situé dans la custode, me plongeant dans un univers ouaté et silencieux. Pendant que mes pieds s’enfoncent dans l’épaisse moquette, tout mon corps disparaît dans le fauteuil, entièrement réglable. Jeremy démarre dans le plus profond silence et s’élance sur les voies express de la banlieue londonienne. Une nouvelle pression et des rideaux glissent le long de la fenêtre pour me faire disparaître de la vue des innombrables chauffeurs livreurs au regard insistant. De la portière j’extrais une flute et me verse un peu du champagne gardé au frais dans le petit frigo inséré dans la banquette. La télé cachée dans l’une des superbes tablettes en bois précieux déroule son lot d’informations. Je m’endors sous les étoiles du plafond, un gadget génial, aussi inutile que magnifique.

Rolls-Royce-Phantom-3

C’est au petit matin que je me rends compte que quelque chose ne s’est pas déroulé selon mes plans initiaux. Un rayon de soleil filtre entre les dentelles des rideaux qui masquent avec grande peine une antique lucarne aux petits carreaux irréguliers. Damn it ! Le vieux royaliste m’a emmené dans la ferme de ses parents qui lui sert accessoirement de garage discret. À l’odeur d’ailleurs il doit être en train de se préparer un petit déjeuner de ses habitudes, composé de haricots, de bacon et de tranches de boudin grillées. Le meilleur moment de s’éclipser discrètement pour faire – enfin ! – un tour au volant de nos nouvelles autos.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

 

BG-ABON3