Elle sera sans doute la star populaire du salon Rétromobile qui ouvrira ses portes le mercredi 2 février, et où elle célèbrera avec faste son cinquantième anniversaire. En attendant de les découvrir en vrai, voici les autos de la collection Renault, parmi lesquelles se trouvent celles qui seront exposées à la Porte de Versaille.

This car will doubtless be the popular star of this year’s Retromobile, which opens its doors Wednesday 2nd February, and which will host the 50th birthday party of the R4. As a preamble to seeing them in the flesh, here are the gems from Renaults’ historic collection, many of which will be on display at the Porte de Versailles.

Renault 3

Renault 3 – 1961

Point de faute de frappe, la Renault 3 a bel et bien existé – du moins de façon éphémère. Présentée en octobre 1961 au salon de Paris, elle était la petite sœur de la Renault 4, plus dépouillée (!) et plus économique en version 3 DV fiscaux – comme son nom l’indique. 2 526 exemplaires seront produits en 1961 et 1962 et on n’en entendra plus parler…

A point of contention among enthusiasts, but the Renault 3 did indeed exist – just. Exhibited in Oct 1961 at the Paris salon, it was to be the R4′s little sister, more stripped-down (!) and more economical, rated at 3CV (as indicated by the name). 2526 examples would be built before it disappeared from the price list in 1962 and was never heard of again.

Renault 4 East African Safari

Renault 4 East African Safari – 1962

Quoi de mieux pour assurer sa promotion que de s’élancer sur les routes du plus terrible rallye au monde ? Aux mains de Bernard Consten et Claude le Guézec, la Renault 4 accroche la cinquième place de sa catégorie (il ne faut pas pousser, non plus) au Safari 1962. Pas mal.

What better way to promote the R4′s robustness than to put it through the toughest rally in the world? In the hands of Bernard Consten and Claude le Guezec, the R4 managed a fairly invisible 5th in class in the 1962 Safari. Not too bad.

Renault 4 Super rallye Monte-Carlo

Renault 4 Super rallye Monte-Carlo – 1963

Avec son moteur 845 plus puissant (ah ah), la Renault 4 Super fut naturellement choisie pour représenter la marque au rallye de Monte-Carlo en 1962 et 1963. Si la R4 n’a pas marqué au fer blanc l’histoire du sport automobile, ses pilotes ont du apprécier le confort de ses véritables sièges, qui remplaçaient l’antique banquette des modèles de base. Demandez donc à Jean Ragnotti ou à « Manu » Guigou, qui prennent le volant de deux des trois Renault 4 engagées en ce moment même au Monte-Carlo historique 2011. (note : la voiture photographiée est une réplique)

With its more powerful 845cc engine, the R4 Super was the natural choice for attacking the Monte Carlo rally in 1962 and 63. If the R4 failed to set the motorsport world on fire, its pilots did at least appreciate the comfort of its proper seats which replaced the old bench seat of earlier models. For proof, just ask Jean Ragnotti or ‘Manu’ Guigou who are driving R4′s in the 2011 Historic Monte Carlo rally.

Renault 4 ELLE

Renault 4 ELLE – 1965

Le jeu de mot est bon, les  » quatrelles » – sponsorisées par le magazine ELLE – sont quatre demoiselle qui prirent le volant de cette R4 pour traverser tout le continent américain sud au nord, d’Ushuaïa à Anchorage en quatre mois et demi – soit 40.000 kilomètres, ce qui commence à faire beaucoup de quatres… Les Andes, l’Amazonie, ou encore le désert salé de l’Utah, la pauvre voiture a tout subi. La voiture est d’ailleurs conservé dans le même état de délabrement que les DC-4 qui font du fret entre Bogota et Miami.

Neat wordplay, the ‘quatrelles’ (four females, sounds the same as [Renault] 4L in French) were four young ladies who took the wheel of this R4L and drove it right up through the American continent, from Ushuaia to Anchorage in 4 1/2 months, or 40,000 kilometres – a lot of fours….. The Andes, the Amazon, the salt lakes of Utah, the little R4 dealt with it all. The car is today preserved in a similarly used condition to the DC-4 cargo planes which carry freight between Bogota and Miami.

Renault Projet 118

Renault Projet 118 – 1965

Voici la réponse de Ghia à l’idée de Renault de réaliser une berline « cossue » sur la plate-forme de la R4. Si son air de robot effrayé est bien heureusement passé à la trappe, de nombreux détails (flancs rebondis, boucliers, passages de roues arrières) nous évoquent irrésistiblement la future Renault 5. Le Projet 118 sera lui envoyé aux oubliettes par une proposition réalisées en interne, qui donnera naissance à la Renault 6.

Here is ghia’s response to Renaults request for a ‘proper’ saloon car on the R4′s platform. If its ‘surprised robot’ face thankfully went out the window, several of its details (tucked-in flanks, integral bumpers, rear wheel arches) evoke heavily the future R5. Project 118 ultimately came to nothing thanks to an alternative proposal from Renault themselves, which in time became the R6.

Renault 4 "Faune du Soleil de Minuit"

Renault 4 « Faune du Soleil de Minuit » – 1966

Déja dans les années 60, la Renault 4 est la voiture des jeunes baroudeurs éprits de nature et de voyages lointains. L’opération « Dotation des routes du monde » parrainée par le constructeur et la Société des explorateur et voyageurs français (tout un programme) proposait jusqu’en 1984 à des équipages de jeunes âgés de 18 à 25 ans de partir au volant d’une Renault 4 – après soumission de leur projet de voyage à un jury.  La voiture était prêtée entre un mois et un an, et les jeunes explorateurs recevaient une formation en mécanique, cinéma et photo. Pour celle ci la destination était donc le grand nord.

Even in the 60′s the R4 was the car of choice for young explorers embarking on long, nature-hunting voyages. The operation ‘Dotation des routes du monde’ led by Renault and the ‘French exploration and travel society’ proposed until 1984 the chance for teams of youngsters between 18 and 25 years old to use a R4 for their mission, after having had a committee examine and approve their travel idea. The cars were lent for between 1 and 12 months, and the young explorers were trained in car repairs, film-making and photography. This particular car was headed a long way Northwards.

Renault 4 Parisienne

Renault 4 Parisienne – 1967

Si vous ne l’avez pas encore fait, nous vous laissons découvrir l’article que nous avons consacrés ce mois-ci à la Renault 4 Parisienne.

See here for a fuller description of this pseudo-luxury R4 derivative. (in french only)

Renault 4 Export

Renault 4 Export – 1968

Design plus abouti, et pas encore enlaidi de vilains plastiques, en 1968 : la Renault 4 Export s’offre un sérieux lifting, immédiatement reconnaissable à sa large calandre métallique englobant les phares. Au programme : de nouveaux sièges, pare-chocs et boîte à quatre vitesses – toutes synchronisées.

Perhaps the neatest design of R4, and not yet weighed down with plastic tat, in 1968: The R4 Export received a serious facelift, immediately recognisable by its large metallic grille with integral headlights. Also included in the programme: New seats and a 4-speed all-synchro gearbox.

Renault 4 Plein Air

Renault 4 Plein Air – 1969

Réalisée par Sinpar, la Plein Air adopte une carrosserie « torpedo » comme on n’en fait plus depuis longtemps. Plus de portières, ni de toit, tout est passé à la disqueuse ! Et si jamais il pleut à la plage, une sommaire capote permet peut-être de s’abriter – un peu. Produite au compte-goutte jusqu’en 1970, les invendues finiront leur vie au Sri-Lanka.

Built by Sinpar, the open air had a ‘torpedo’ body shape which you just don’t get nowadays! Doors, roof – all fell victim to the disc-cutter. And if it ever rained at the beach, a token fabric ‘roof’ gave some protection, but not much. Produced in tiny numbers until 1970, the last few unsold examples wound up in Sri Lanka.

Renault 4 F4 "Renault Service"

Renault 4 F4 « Renault Service » – 1970

Les fourgonnettes Renault 4 vont connaître une longue carrière durant deux décennies, qui les verront envahir les villes et campagnes françaises. Cette première version arbore fièrement les couleurs « Renault Service » qui ne furent pas toujours jaune et grises…

The R4 van versions would see a long career spanning two decades, which saw them invading towns and countrysides right across france. This early model proudly shows off its ‘renault Service’ colours which have not always been yellow and grey…

Renault 4 Cross

Renault 4 Cross – 1981

Tout comme les 2CV, les R4 connurent une deuxième vie dans la gadoue. Dès 1974, Renault lance une très officielle Coupe de France Renault Corss Elf en partenariat avec la revue « Champion ». Pour 200 francs seulement, si cela vous amusait, vous pouviez vous engager avec une R4 strictement de série – à l’exception d’un échappement Devil pour tenter de remporter 10.000 Fr et une R5 Coupe. On les mets au défi de relancer un championnat pareil avec des Twingo et de la boue en 2011.

Much like the 2CV, the R4 would have a busy second life as a mud-wrestler. From 1974, Renault launched an official Renault/Elf French Cup Championship in partnership with the magazine ‘Champion’. For just 200FF, if you were so inclined, you could join in with a strictly unmodified (save for a ‘Devil’ exhaust) R4, and try to win 10,000FF and a new R5. A challenge to Renault there – what about a new series of this in 2011 with Twingos?

Renault 4 Clan

Renault 4 Clan – 1985

Renault 4 Savane

Renault 4 Savane – 1991

Ultimes versions, les Clan et Savane ne doivent pas leur nom à une quelconque dotation spécifique, mais à la mode qui rendait leur appellation précédente GTL et TL un peu has-been. Elles n’en étaient pas moins vilaines pour autant.

Final editions, the Clan and the Savane don’t owe their names to any particular feature, but rather to fashion which deemed their old titles of TL and GTL a bit ‘oldskool’. They were no more appealing for this however.

Renault 4 Fourgonette "Darty"

Renault 4 Fourgonette « Darty » – 1986

Renault 4 Fourgonette "La Poste"

Renault 4 Fourgonette « La Poste » – 1988

Si les Renault 4 utilitaires ont autant séduit les administrations, entreprises et artisans, ce n’est pas seulement pour leur simplicité d’usage, mais par un détail dont elles avaient exclusivité : le « girafon », cette petite porte bombée placée à l’arrière du pavillon, permettant d’embarquer les charges les plus longues. Repris avec moins de succès sur la Kangoo Be’Bop – ça ne marche pas à tous les coups.

If the R4 vans were so popular with administrations, artisans, farmers and small businesses, it wasn’t just for their simplicity of use, but also for a detail exclusive to them; the ‘Girafon’ (giraffe door), the little hatch above the rear door, which allowed very long items to be carried. This feature re-appeared, less successfully, on the kangoo Be-bop.

Renault 4

Mais aussi, en vrac et sans commentaires :

Theres a few others on there, no comments though on those :

Renault 4 Seventies

Renault 4 « Seventies » Publicis – 1984

Renault 4 F6

Renault 4 F6 – 1984

Renault 4 Clan Bye-Bye

Renault 4 Clan « Bye-Bye » – 1992

Renault 4 Gendarmerie

Renault 4 « Gendarmerie » – 1992

Renault 4 Miss Sixty

Renault 4 « Miss Sixty » – 2011

A propos de l'auteur

Yan Alexandre Damasiewicz
Rédacteur en Chef

Après avoir crée le Blenheim Gang en 2003 avec Paul Reynolds, Yan Alexandre est tout naturellement devenu journaliste, spécialisé dans la culture automobile. Enfin, pas si naturellement que ça, puisqu'il a passé quelques années de sa vie à s'occuper de sites internet en agence, avant de changer d'orientation. Aujourd'hui il collabore régulièrement aux magazines GQ, Intersection, Evo & Octane. Ses passe-temps préférés ? Traverser l'Europe au volant de sa BMW 1600ti de 1967 et rêver aux voitures les plus improbables qu'il pourrait acheter...

9 Réponses

  1. Humphrey

    pour simplement faire le malin/tatillon et combler mon ennuie: la version Gendarmerie que vous présentez en image est de 1993 comme l’indique sa plaque de « police », les immatriculation militaires fonctionnent ainsi: le 2 pour Gendarmerie, les deux chiffres suivants pour l’année du véhicule, en l’occurrence sur votre photo « 93″ donc 1993…
    En même temps c’est ennuyeux les vendredi après midi de la fin janvier…

    Répondre
  2. mish

    That’s most likely the best post ever coming out from you guys. Whoa! I also had an R4 myself, cruising with it for a whole summer around the riviera. Fond memories…

    Répondre
  3. Yan Alexandre Damasiewicz
    Yan Alexandre

    Mish, you’re lucky… we have just transleted it in english !
    Thanks for the link at Stipistop !

    Répondre
  4. yannicklecluze

    pour répondre à Humprey, ce n’est pas parce que l’armée a immatriculé un véhicule en 1993 que le véhicule ne soit pas de 1992: il n’a pas été immatriculé lors de sa fabrication, mais lors de la réception du lot.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.