Lors du prochain Salon de Genève IED Turin présentera ce concept-car Alfa Romeo Gloria, qui évoque ce que pourrait être une berline destiné aux marchés américains et asiatiques. Et si c’était le début de la fin ?

Cet exercice de style a été commandé par le département design de Fiat & Chrysler aux étudiants en master à l’IED, afin d’avoir une vision « indépendante » sur la question, comme l’indique le patron du style, Lorenzo Ramaciotti, dans le communiqué que nous avons reçu.

130215_AR_GloriaIED_ITA

Voila qui pose quelques questions pour le moins inquiétantes quant à l’avenir de l’automobile européenne. Il apparait de plus en plus évident que dans quelques années certaines marques ne seront plus que des faire-valoirs marketing d’un certain savoir faire « à l’européenne » destiné à être exporté sur de nouveaux marchés. On a vu récemment Citroën se prêter à l’exercice, avec ses concept Metropolis et N°9 clairement destinés a draguer le client chinois. C’est donc au tour d’Alfa Romeo de s’y mettre, et vu la célérité avec laquelle le groupe Fiat / Chrysler a enterré Lancia avec des produits américains, on peut se demander si Alfa produira encore longtemps des véhicules pensés pour l’Europe.

D’un point de vue style, la Gloria permet d’observer quelques nouveaux gimmick du design automobile. De la couleur en passant par ses formes voluptueuses, on ne peut s’empêcher à penser aux créations de Laurens Van den Acker, que ce soit la DeZir ou la Clio, dont la Gloria reprend d’ailleurs les étranges « marche-pieds » de bas de portière. La ligne de toit et la forme du vitrage latéral m’évoque la Tesla Model S , et il n’y a finalement que l’avant qui affiche fièrement une certaine identité Alfa, avec un capot triangulaire rappelant celui de la 8C. Et je ne sais pas trop quoi penser de ce qui ressemble à d’immenses rappels de clignotants oranges sur le capot… À voir en vrai, pour peut-être changer d’avis.

A propos de l'auteur

Yan Alexandre Damasiewicz
Rédacteur en Chef

Après avoir crée le Blenheim Gang en 2003 avec Paul Reynolds, Yan Alexandre est tout naturellement devenu journaliste, spécialisé dans la culture automobile. Enfin, pas si naturellement que ça, puisqu'il a passé quelques années de sa vie à s'occuper de sites internet en agence, avant de changer d'orientation. Aujourd'hui il collabore régulièrement aux magazines GQ, Intersection, Evo & Octane. Ses passe-temps préférés ? Traverser l'Europe au volant de sa BMW 1600ti de 1967 et rêver aux voitures les plus improbables qu'il pourrait acheter...

3 Réponses

  1. Serguei_Diego

    C’est pas pour faire le troll, mais cette « Alfa » fait quand même bien pitié!!!
    À force de mouler dans les même universités des « designers » à la pelle, on en arrive à l’antithèse même du design: c’est moche, c’est partout les mêmes formes, faut que ça fasse consensus… Et surtout, la créativité en prend un sacré coup derrière les oreilles…
    Bref, à Genève, je vais probablement passer mon chemin face à ce « truc »…

    Répondre
  2. François

    Triste.
    Une raison de plus de sauver un youngtimer sympa plutôt qu’acheter un ersatz purement commercial.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.