Le Blenheim Gang a décidé de passer le solstice d’hiver à l’abri de la lumière rassurante d’une Pipistrello, soit l’occasion de vous en dire plus sur Gae Aulenti dans les lignes qui suivent.

sgarsul aulenti2

Diplôme d’architecture du Politecnico di Milano en poche, Gaetana Aulenti marquera le design italien de la seconde moitié du XXe siècle, avec notamment la lampe Pipistrello en 1965 mais également par ses collaborations avec Olivetti où les nombreux musées sur lesquels elle plancha, dont celui de la gare d’Orsay et le centre Pompidou.

ruspa-lamp

Replaçons dans le contexte : au cours des années 60, le design italien supplante peu à peu son rival scandinave en misant sur le plastique et la couleur. Côté automobile, pensez à la Miura, la Carabo ou la Countach une décennie plus tard. Gae travaille alors pour Knoll ou encore Artemide et est, bien que reconnue par le public, contestée par ses pairs les plus radicaux dans leur approche (dont Ettore Sottsass).

table roue

Quelques années plus tard, notre Milanaise n’échappa pas à la tendance high-tech en vogue dans les années 80 en concevant la table basse Tavolo Con Ruote : une simple plaque de verre sur quatre grandes roulettes en caoutchouc semblant s’être échappées d’une usine. Un coup de génie qui fait encore mouche trente années plus tard et qui rappelle que le design peut résister au temps qui passe.

olivetti store buenos aires

 

Rare femme dans un univers masculin, qui plus est dans un pays vaincu, Gaetana Aulenti décida de miser sur la beauté en adoptant un style imprégné des idées rationalistes, plaçant ainsi le design italien à l’avant garde.

 

A propos de l'auteur

Arnaud
Rédacteur Architecture & Design

Dès son plus jeune âge, Arnaud commence à compter le nombre de pots d’échappement des autos qui parcourent la côte d’Azur pour mesurer leur intérêt (nous vous rassurons, il a changé d’unité de valeur depuis). Comme tout petit garçon, il joue avec des trains et des voitures, ce qui contribuera définitivement à son intérêt pour tout ce qui vole et roule. Quelques années plus tard il développe une appétence supplémentaire pour l’architecture. Aujourd’hui, c’est dans un domaine bien différent qu’Arnaud se prépare à trouver un employeur. Il se mettra à porter des costumes, en même temps qu’il abandonnera sa carte Imagin’R et se mettra en quête de quatre roues et un toit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.