J’en vois déjà qui grincent des dents. Mais qu’est ce qu’ils ont donc avec le Nissan Juke sur le Blenheim Gang ? Passe encore l’essai du Juke-R, un bitza automobile tellement too much qu’il en devient attachant, mais le Juke Nismo ? Ce Juke qui a tellement été descendu dans nos colonnes mérite t’il d’être de nouveau essayé ? 10 malheureux chevaux en plus et un douteux kit carrosserie suffiraient donc t-ils à nous faire déplacer pour essayer un crossover compact, pur produit marketing aux antipodes de nos conceptions de l’automobile ? Je dois avouer m’être posé la même question avant de partir découvrir le nouveau venu, dans l’arrière pays de Barcelone.

Nissan-Juke-Nismo-11

C’est avec la Juke que la gamme Nismo débarque pour la première fois en Europe. Pour ceux qui comme moi ont appris à conduire en même temps à l’auto-école qu’avec le premier volet de Gran Turismo, Nismo est un nom connu, abréviation de Nismo Motorsport – pas la peine de vous faire un dessin. Fondée en 1984, la division sport de Nissan était déjà présente depuis des lustres aux Etats-Unis, avec notamment une 370Z Nismo qui arrivera chez nous dans la foulée.

Nissan-Juke-Nismo-16

Quoi de neuf pour le Juke ? 10 ch de plus (200 au total) grâce à une cartographie modifiée, des suspensions 10% plus rigides, et surtout un kit carrosserie impossible à rater qui, avec l’aileron, ajoute 37% d’appui aérodynamique. Sans parler d’un intérieur revu avec sièges baquets spécifiques et un volant à jante couverte d’Alcantara (entre autres…). Voila pour la théorie : un crossover urbain habillé en joggings-baskets. À peine de quoi nous donner envie de lever un sourcil circonspect. Mais puisqu’on est là, autant monter à bord et faire un petit tour, par acquis de conscience. Verdict ci-dessous.

Nissan-Juke-Nismo-03

VISUAL ATTRACTION 5 TWIGGS

C’est un avis personnel : les lignes du Juke ne me plaisent pas outre-mesure, même si j’admets trouver sa face avant intéressante, avec ses phares dédoublés qui brouillent la lecture anthropomorphique que l’on a d’un avant classique. Ce qui me désole, par contre, est de constater que ce sont les mêmes personnes qui rejettent en bloc cette voiture qui se plaignent également que toutes les voitures se ressemblent. Et c’est justement ce point qui fait tout l’intérêt du Juke : son esthétique est 100% originale. Que ça plaise ou non est un autre débat ; il y a du courage dans cette ligne, et nous ne pouvons qu’apprécier cela. Bonus point pour les bandes latérales métallisées que l’on a pas vues depuis les sportives japonaises de la fin des 70′s.

Nissan-Juke-Nismo-15

MECHANICAL THRILLS 6 TWIGGS

Ce n’est pas tant les 10 ch en plus qui font la différence, mais le caractère bien plus vivant de ce moteur. 200 ch pour 1295 kg, cela reste un rapport poids/puissance des plus satisfaisants. Ce qui le rend agréable est aussi l’absence de ces systèmes artificiels de sonorisation, qui transforment le moindre moulin à café en diva modénaise, avant de vous donner la migraine pour la journée. Ce bloc moderne turbo-compressé est donc plutôt discret, si ce n’est quelconque, avant de japper joyeusement à hauts régimes. Amusant.

Nissan-Juke-Nismo-06

HANDLING 9 TWIGGS

Oui, 9 twiggs. C’est la surprise du chef. Dès le premier tour de volant, pour s’extraire du parking, on comprend que la conduite du Juke Nismo va être un grand moment. La position de conduite est parfaite ; la direction est à la fois ferme et souple, parfaitement équilibrée, tout somme la suspension  ; et le levier de vitesse de la boite manuelle à quelques centimètres seulement du volant permet des changements éclairs. Le moteur garde les tours quelques secondes à chaque changement de rapports, surprenant (voir agaçant) sur l’autoroute, diabolique sur petites routes de montagne où le Juke Nismo se montre joueur à souhait. Facile à prendre en main malgré quelques défauts qui n’en sont pas forcement (train arrière léger, train avant peinant parfois à juguler l’arrivée du couple, centre de gravité assez haut), il est à des années lumières du comportement trop pointu des nouvelles petites sportives (notez que nous avons essayé la version traction à boite manuelle, alors que le 4×4 utilise une CVT). Pas la peine d’avoir un bagage de pilotage pour s’amuser immédiatement à son volant. Une junior GTI de belle trempe, en substance.

Nissan-Juke-Nismo-08

CLASSIC APPEAL 7 TWIGGS

Ligne atypique, filiation légitime avec quelques monstres sacrés japonais, fer de lance en Europe d’un label culte et sensations de conduite de premier ordre, ce Juke Nismo a toutes les cartes en main pour séduire les conducteurs sur plusieurs générations.

Nissan-Juke-Nismo-02

BLENHEIM GIRL PULLING ABILITY 1 TWIGG

Il a beau séduire largement une clientèle féminine dans sa version « stock », dès qu’il devient Nismo il se pare d’un voyant kit agrémenté de bandes rouges et d’éléments gris anthracites. La signature de la marque, parait-il. Comme les 3 bandes d’un survêtement connu, qui a rarement fait partie de la garde robe des grands séducteurs de notre époque.

Nissan-Juke-Nismo-17

BLENHEIM FACTOR 5 TWIGGS

Parfois il n’est pas désagréable de se tromper. Certes un crossover compact n’a pas grand chose à faire dans notre garage idéal, mais devant un tel étalage de qualités évidentes, on lui laisse volontiers une petite place, dans le fond, sous une bâche, pour une petite partie de plaisirs coupables, loin des regards connus. Soit un rôle pas si ingrat que ça.

 

NISSAN JUKE NISMO
Parfois il n'est pas désagréable de se tromper. Certes un crossover compact n'a pas grand chose à faire dans notre garage idéal, mais devant un tel étalage de qualités évidentes, on lui laisse volontiers une petite place, dans le fond, sous une bâche, pour une petite partie de plaisirs coupables, loin des regards connus. Soit un rôle pas si ingrat que ça.
VISUAL ATTRACTION5
MECHANICAL THRILLS6
HANDLING9
CLASSIC APPEAL7
BLENHEIM GIRL PULLING ABILITY1
BLENHEIM FACTOR5
5.5Note Finale
Note des lecteurs: (3 Votes)
4.0

A propos de l'auteur

Yan Alexandre Damasiewicz
Rédacteur en Chef

Après avoir crée le Blenheim Gang en 2003 avec Paul Reynolds, Yan Alexandre est tout naturellement devenu journaliste, spécialisé dans la culture automobile. Enfin, pas si naturellement que ça, puisqu'il a passé quelques années de sa vie à s'occuper de sites internet en agence, avant de changer d'orientation. Aujourd'hui il collabore régulièrement aux magazines GQ, Intersection, Evo & Octane. Ses passe-temps préférés ? Traverser l'Europe au volant de sa BMW 1600ti de 1967 et rêver aux voitures les plus improbables qu'il pourrait acheter...

10 Réponses

  1. renaud

    j’adore ton papier Yan, une véritable démonstration d’honnêteté intellectuelle. je pensais la même chose que toi à propos de cette version Nismo, me voilà plus convaincu à son égard

    Répondre
    • Yan Alexandre Damasiewicz
      Yan Alexandre

      Merci Renaud ! C’est l’exemple type de la voiture qui change radicalement de visage après quelques modifications. À essayer !

      Répondre
  2. Alan Each

    « Je dois avouer m’être posé la même question avant de partir découvrir le nouveau venu » Faute avouée, moitié pardonnée ! :)
    La Renault 7 « déchire » !
    Et pour l’espèce d’amphibien essayé ici, je ne suis pas très sensible à son design et j’espère que la finition intérieure est plus valorisante que dans la dernière Micra… ;)

    Répondre
  3. Humphrey

    Bonjour,
    très cher Yan Alexandre, n’oubliez pas les bases: relisez vous s’il vous plait.
    En effet,depuis quelques temps, les oublis et fautes diverses se multiplient (il est d’ailleurs fort possible que certaines se glissent dans ce commentaire), c’est regrettable j’aime votre site pour son coté bien écrit, fait avec soin, chose rare dans la production écrite automobile, et vous vous écartez de plus en plus de la qualité originelle… Un award ferait il tourner la tête de son heureux lauréat ?
    Pour le fond de l’article, je parle de la camionnette blanche recouverte de stickers dont les photo ornent mon écran, que dire ?: Bof…
    Dans le même temps je ne l’ai pas essayé, que ce soit dans cette version ou celle qui peuple nos routes (2 litres DCI quelque chose), je n’ai ainsi aucun argument valable mais à première vue, je récidive…bof donc.
    Je stoppe mes critiques et voit les choses du bon coté: le printemps arrive, les sorties de grange vont peut être revenir avec les bourgeons …
    Bref ne prenez pas ombrage, j’imagine bien que vos journées sont longues et qu’alimenter un tel site n’est pas une mince à faire..
    Cordialement,
    Humphrey

    Répondre
    • Yan Alexandre Damasiewicz
      Yan Alexandre

      Très cher Humphey, votre message m’embête un peu.
      Certes, il y a effectivement un bon petit nombre de fautes d’inattention qui se sont glissées dans ce texte, et c’est entièrement de ma faute. Mea culpa.
      Mais j’ai du mal à saisir votre commentaire. Je cite « vous vous écartez de plus en plus de la qualité originelle… Un award ferait il tourner la tête de son heureux lauréat ? ».
      Je vous pensais un lecteur fidèle, cela ne doit pas être le cas. Parce qu’avant ce fameux prix, comme le savent ceux qui lisent le site depuis des années, je ne relisais JAMAIS mes articles avant de les publier. Aujourd’hui je les relis trop vite, ce qui laisse encore une bonne moitié de fautes. Alors soit vous n’avez lu aucun article passé, et votre commentaire est caduque ; soit cela ne vous dérangeait pas tant que ça par le passé, et je ne comprends encore moins votre motivation à mentionner l’éventuel tournage de tête qui aurait pu m’atteindre. Un peu de mauvaise foi ?
      Cordialement. Bien sur.

      Répondre
  4. Humphrey

    Vénérable Ian Alexandre,
    La relecture de vos articles passés me renvoi effectivement dans mes buts mais soyons précis: »mauvaise fois » ? ferriez vous allusions à un argumentaire poussé me permettant de convaincre lady Humphrey qu’un T5 R ou une XJR est définitivement plus logeable et un investissement amplement plus raisonnable qu’un 3008 tout neuf ?
    Dans ce cas, et cet unique cas, je vous l’accorde aisément et m’incline.
    Evidemment , je suis rond, jaune, je souris et je cligne d’un oeil…

    Répondre
  5. Julien

    Bonjour à l’équipe,

    Un petit post simplement pour vous félicitez pour cet article, ouvertement objectif. Les photos sont superbes (vive le soleil espagnol) mais je regrette simplement que votre photographe n’ait pas plus insisté sur l’interieur, et notamment les sièges, que je trouvent très sympas.

    Et puis nos avis actuels sur les ‘classiques’ ne peut (peut etre) etre au final 100% objectif sur des véhicules neufs : qui dit que nos enfants dans 15-20 ans ne trouveront pas que les crossovers des 2010′s sont le top de la branchitude ?…

    Sincèrement vôtre

    Répondre
    • Yan Alexandre Damasiewicz
      Yan Alexandre

      Merci pour votre message !
      Oui, vous soulevez un point important sur l’avis que l’on peut avoir sur les voitures actuelles. Aimer et préférer l’automobile ancienne ne nous empêche pas, contrairement à beaucoup de nos semblables de prendre un peu de recul sur la production actuelle, et de ne pas, justement, l’analyser sous le même spectre. C’est pour ça qu’on se permet de parler de crossover sportifs justement, une race de véhicule qui sera surement emblématique de notre époque dans quelques décennies. De la même façon, si on ne se retourne pas vraiment sur les Mercedes AMG neuves dans la rue, on les essaye en gardant en tête que toutes les AMG de plus de 20 ans nous fascinent… Et donc que tôt ou tard…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.