Voici une auto française que vous avez préféré oublier.
Sa ligne est franchement quelconque, son origine roumaine douteuse. Pas de doute, c’est la Visa du pauvre, c’est dire la catastrophe.
Le Blenheim Gang prends la défense de l’Axel et plaide non coupable. Car évidement, vous n’avez rien compris.

CItroen-Axel-8

Pour comprendre l’Axel, il faut retourner à la fin des années soixante. A cette époque la gamme Citroën s’ébauche à peine avec l’ Ami qui comble difficilement le grand écart entre l’ultra populaire 2CV et la terriblement bourgeoise DS. Michelin cède 49% des parts de la marque à Fiat via les accords PARDEVI, et une ébauche de voiture commune utilisant des organes de 127 est lancé, c’est le projet Y (ci-dessous, à gauche).
Le succès mitigé de l’Ami 8 décide Citroën à lancer une auto plus petite. Basée sur la Y, le projet est dénommé TA, il s’agit d’une compacte à 4 portes et moteur de GS. Puis c’est la crise et Fiat laisse tomber la marque française qui est rachetée par Peugeot. Rationalisation, normalisation, économies d’échelle, la compacte Citroën va encore évoluer en adoptant un châssis de Peugeot 104 doté de bras McPherson. C’est le projet VD (ci-dessous, à droite) qui donnera naissance à la Visa en 1978.

CItroen-Axel-prototype

Seulement voilà, l’histoire n’est pas si simple entre temps un imprévu va donner naissance à une autre modèle. Après la crise il est vital pour la marque de diversifier sa production, et un pays demande des autos : la Roumanie.
À cette époque Ceausescu qui s’est opposé au printemps de Prague a les bonnes grâces de l’occident qui voient en lui un levier pour déstabiliser l’influence de Moscou dans la région. Ainsi Renault va offrir la R12 qui deviendra Dacia, Volkswagen propose la future Golf avant de se rétracter, et Citroên – dont le nouveau président placé par Peugeot, George Taylor, est né en Roumanie – la seule compacte disponible alors…le projet TA.

Une joint-venture est crée péniblement entre la marque et l’état roumain : Oltcit. Citroën possède 36% des parts, s’engage à produire certaines pièces et à exporter à l’occident 40% de la production.  La TA va être simplifiée pour la rendre moins chère à produire, notamment en supprimant les portes arrières. La garde au sol est rehaussée pour les mauvaises routes roumaines et le carburateur réglé pour le froid de l’est. Les difficultés bureaucratiques habituelles des républiques socialistes vont retarder le projet, au point que la première Oltcit ne verra le jour qu’en 1982. Citroën l’exporte sous le nom d’Axel et se retrouve bien embêté. Il y a depuis deux compactes dans la gamme : la LNA et la Visa sensiblement équivalente (sans compter la 2CV toujours produite). De plus la qualité de fabrication roumaine est catastrophique. Pour écouler la production prévue par contrat il n’y a qu’une solution : casser les prix. L’Axel sera moins chère que la 2CV ! Le mal est fait.

CItroen-Axel-7

Alors pourquoi vouloir la réhabiliter ?
Pour commencer montons dans une Visa. La planche de bord est typiquement Citroën avec ses combinés d’instrument « PRN » (Pluie Route Nuit), communément appelées « satellites » qui regroupent toutes les commandes importantes à portée directe des mains, à la place des « commodos » habituels. Enfin, dans la Visa, on a fait des économies (ci-dessous), il n’y a qu’un satellite, et il provient d’un véhicule déjà existant : la GSA. Le reste des commandes est repartie sous les compteurs, derrière le volant, ce qui n’est pas loin d’être stupide.

CItroen-Axel-3

A bord de l’Axel (ci-dessous), c’est bien plus moderne. Il y a deux satellites, placés à l’horizontale, selon le projet originel de Michel Harmand, l’inventeur du système. De là à dire que c’est l’évolution la plus ergonomique du genre, il y a un pas que seul l’essai permettrait de franchir.

CItroen-Axel-17

Alors que la Visa utilise un châssis Peugeot avec sa suspension McPherson imposant de volumineux  puits d’amortisseurs dans l’habitacle, l’Axel possède un sous-bassement de conception Citroën avec amortisseurs arrières horizontaux. Grâce à cela le coffre est bien plus généreux…et plat. De plus,le hayon descend beaucoup plus bas que sur la Visa, la rendant bien plus intéressante en usage commercial. Enfin, elle possède 4 freins à disques que n’a pas sa cousine.

CItroen-Axel-13

Plus pratique, plus habitable, l’Axel aurait pu être une auto bien supérieure à la Visa – qui est en fait sa dérivée « normalisée ». Dommage que son développement n’a pas été égal. Citroën se désintéressera rapidement de cet encombrant modèle et cessera le partenariat avec la Roumanie en 1988, les chiffres de production étant à des années lumières de l’objectif initial.

CItroen-Axel-9

Pour fini, il ne reste qu’à enfoncer le clou avec un argument qui en dérangera sans doute plus d’un soit-disant puriste.
Elle est la dernière automobile conçue intégralement par Citroën, la dernière avant la prise de contrôle par Peugeot.
Alors oubliez la Visa et souvenez vous d’Axel.

A propos de l'auteur

Yan Alexandre Damasiewicz
Rédacteur en Chef

Après avoir crée le Blenheim Gang en 2003 avec Paul Reynolds, Yan Alexandre est tout naturellement devenu journaliste, spécialisé dans la culture automobile. Enfin, pas si naturellement que ça, puisqu'il a passé quelques années de sa vie à s'occuper de sites internet en agence, avant de changer d'orientation. Aujourd'hui il collabore régulièrement aux magazines GQ, Intersection, Evo & Octane. Ses passe-temps préférés ? Traverser l'Europe au volant de sa BMW 1600ti de 1967 et rêver aux voitures les plus improbables qu'il pourrait acheter...

17 Réponses

  1. Yan Alexandre Damasiewicz
    Ian Alexander

    C’est vrai, c’est un éloge de la simplicité.
    Il y a eu du chemin de parcouru depuis…

    Répondre
  2. frederic.E

    Hum, une Axel 12 TRS avec moteur 1300 de GSA, le compte trous, les jantes alu de la Visa West End montées avec les fameux Michelin TRX quasi introuvables déjà à l’époque et hors de prix ( cause de leur misérable déchéance ), les sièges avec appuies têtes et encore quelques unes qu’on aperçoit circuler furtivement sur les petites routes de nos campagnes aux mains expertes en « citroënisme » de Marcellin ou Raymond. Une vraie tranche de vie et toute une époque déjà lointaine.

    Répondre
  3. crewzy

    Cette auto est l’illustration d’une célèbre citation:
    « La fonction définie la forme »

    Toujours aussi surprenant vos Focus. Merci encore.

    Répondre
  4. Ingeniere

    Géniale cette Axel, en 1299cm3, très bon rapport poids puissance, super freinage, bien plus belle et pure que le replâtrage de la VISA sur base 104.
    Je rêve d’une Axel 1.3L avec les deux double corps des MEP (monoplaces à moteur GS), un avion, la Panhard des années 80 (la légende veut que le moteur boxer de la GS vienne des cartons de Panhard)
    Dommage que les Roumains l’aient saboté !

    Répondre
  5. AG

    Pardon pour la légende qui en prend un coup cher ingeniere, mais il s’agit de deux moteurs de 2CV tout simplement, mais l’idée était bien de Panhard au départ et ce moteur a même existé (application militaire).
    Ce qui est bizarre dans cette auto est qu’il n’y a que l’allure qui rappelle la Visa car tout est different, jusqu’a la cremaillere de direction qui est tres typée monoplace puisqu’elle est centrale.

    Répondre
  6. ingeniere

    Cher AG,
    Eh oui c’est une légende interurbaine!
    J’ai eu une 24BT, c’était fabuleux à 20 ans, le crissement des X dans les virages.
    Je viens d’acheter une 12TRS, c’est extraordinaire à 57 ans.
    Une 2CV avec 61ch.
    Avec ses freins à disques suspendus à l’avant elle freine fort et à plat sans piquer du nez.
    La direction, bien que non assistée est douce et directe
    Que du plaisir
    Et de voir la tête des conducteurs de BM diesel quand je les gratte à l’accélération au péage, je me régale.
    Je pense l’amener sur les pistes marocaines à l’occasion du Babyboomer’s Adventure 2010, elle devrait être très bien avec ses suspensions très costauds et à grand débattement.
    Et maintenant, j’ai aussi des potes en Roumanie, qui m’invitent au Oltcit meeting de 2010.

    Répondre
  7. Yan Alexandre Damasiewicz
    Ian Alexander

    Ah, vous me tentez dis donc. Ça à l’air amusant et pas cher votre engin.

    Répondre
  8. MARTIGNONI

    les gros défauts de cette voiture : deux portes seulement et une finition déplorable!
    Mais c’est vrai , elle avait beaucoup de qualités par ailleurs….

    Le principe des amortisseurs arrières « couchés » a été refusé sur la Visa mais repris sur la Peugeot 205 (!!!)….
    Quant au moteur qui serait de conception Panhard , ce n’est pas tout à fait une légende puisque suite à absorption de la « marque doyenne » par la « firme aux chevrons » les anciens ingénieurs et designers de PANHARD ont été chargés de travailler sur des projets Citroën , respectivement le moteur de la GS et le style de la Dyane (dont le nom est un clin d’œil à la DYNA de chez Pan-Pan)

    Répondre
  9. MANGIN Bernard

    Mon grand-père en septembre 1984 à acheté une citroen axel 11r neuve résultat en décembre 1985 15 000kms plutard pistons percés segment en miette une vrai catastrophe pour toute réponse le garage citroen de saint dié lui a répondu qu’il en gros qu’il ne savait pas conduire qu’il avait accéléré trop et fait monter trop en régime le moteur. Fort de café comme réponse pour un papy de 72 ans qui du coup à revendu cette voiture porte malheur pour acheter une peugeot 305 beaucoup plus fiable qui l’à gardé 9 ans.

    Répondre
  10. FX VAZQUEZ-HARMAND

    Bonjour,

    Bravo pour cette article bien agréable à lire…et mille mercis de citer Michel HARMAND.
    il a fait énormément pour l’Automobile;
    - je dis souvent « visionnaire » même -
    LE public ne connaît pas comment un Designer trouve l’idée, et applique sa création.
    J’ai eu la chance d’entendre ce grand Monsieur m’expliquer ses idées, ses trouvailles…sans jamais divulguer de secrets « Maison »
    Axel, Visa, GS, CX….et bien d’autres voitures ont été sources de discussion.

    Je me souviens, jeune, lui avoir dit que je trouvais « moche » l’AXEL.
    Je me souviens, moins jeune, lui avoir dit que la VISA avait un look plus moderne! que j’ai pu conduire d’ailleurs.
    oui, je sais, la jeunesse……surtout lorsqu’on n’y connait rien;-))

    Merci à vous pour toutes ces précisions, ces rappels ….
    Bien agréable.

    Gendre de Michel HARMAND

    Répondre
  11. JCW57

    Bonsoir ,
    J’ai été l’heureux propriétaire d’une de ces quelques environ 62000 Axel (une 12 TRS) construites et je peux assurer que si j’avais eu la place pour la garder , je l’aurais fait . C’était une Voiture pleine de ressources , nerveuse, une tenue de route fabuleuse , avec un freinage exemplaire , 4 freins à disques , ventilés à l’avant !!! Si on se donnait la peine de faire l’entretien (simplifié) régulièrement , elle était très fiable … Regardez ce que les roumains en font et torturez une voiture d’aujourd’hui de la sorte , le résultat sera parlant . Côté carrosserie , c’était une vraie Citroën et si on regarde bien , des voitures plus modernes lui ressemblait (Ex:Ford Ka). Dommage que ce soit un peu juste comme voiture familiale sinon je l’aurais encore . Elle m’a servi de camionnette pendant 3 ans sans jamais broncher avec 400 kg dans le coffre et autant « aux fesses » ! Elle pouvait tracter 1 tonne , carte grise à l’appui !!! Elle est maintenant en retraite chez un collectionneur qui part en vacances avec , tractant une petite caravane Eriba car même pour tracter , elle était digne de porter le double chevron …
    Hommage à Toi , Ma Titine , où que tu sois , et bonne retraite …..

    Répondre
  12. Alex

    J’ai eubune axel. C’était un gouffre à essence et elle avait toujours des problèmez de carburateur.Ca aété un vrai cauchemard cette voiture.

    Plusieurs mécaniciens m’ont dit qu’elles étaient toutes comme ça; que c’était la voiture à éviter.

    Répondre
  13. Blog Automobile, live in Bucharest

    […] at home, kids]. On pourrait s’étendre quant à l’histoire des Oltcit et Axel mais nos amis du Blenheim Gang l’ont déjà brillamment fait à notre place. Les Chevrons se retirent de la JV à la fin des […]

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.