PACIFIC SOUTHWEST AIRLINES

0

Voyager avec classe, c’est l’un des mots d’ordre des membres du Blenheim Gang. De nos jours, nous devons parfois laisser notre auto au garage et choisir l’avion, pour partir plus loin. Et ce n’est pas sans une certaine nostalgie que nous sommes obligés de le faire, tant le paysage aérien est devenu d’un morne ennui. Bien avant l’avènement des compagnie low-cost, il y en avaient pourtant d’autres, dites discount, qui savaient accueillir ses passagers avec le chic que l’on est en droit d’attendre. Parmi elles, PSA, ou Pacific Southwest Airlines.

Ayant disparue en 1988, absorbée ensuite par US Airways, il est fort peu probable que vous soyez un jour monté à bord d’un des avions souriant de la compagnie PSA – d’autant plus que celle-ci ne desservait essentiellement que la Californie, au point de devenir la compagnie officieuse (la nuance est de taille) de l’état.

À vrai dire, ce qui nous intéresse, ce n’est pas vraiment l’air goguenard des Lockheed Tristar, BAe 146 (le Smiliner) et autres Boeing 127 de la compagnie, ni leur livrée mariant subtilement le rose, l’orange et le rouge – ce qui doit être sans doute l’une des plus belle des années 70. Non, ce pourquoi nous regrettons la Pacific Southwest Airlines, ce sont ses hôtesses, et plus particulièrement, celles du début des années 70 qui ont eu le bon goût de marier la teinte de leur minis avec celles des avions. Après elle passeront au beigeasse de rigueur dans une Amérique qui n’avait plus rien de pop. Oublions, cela, si vous le voulez bien.

Misant tout sur le sex-appeal de ses hôtesses, la compagnie aurait pu s’arrêter là. Non, elle en fera ses principales ambassadrices et… la principale raison pour laquelle l’homme californien moderne aspirera à voyager avec PSA – sans doute pour atteindre plus vite le septième ciel. Mini-jupes outrageusement courtes, slogan aguicheur (PSA gives you a lift)… Curieusement les places couloir seront les plus demandées à bord des avions et la moyenne des demandes – sérieuses – en mariage sera d’une par semaine et par hôtesse.

Ainsi, quoi qu’il advienne la Blenheim Gang continuera a boycotter les horribles compagnie low-cost actuelles, fusses t-elles inspirées par les couleurs orangées de la PSA. Car non, jamais nous n’apprécierons de voyager avec des hôtesses en survêtement. Quel qu’en soit le prix.