L’ECOSSE EN JAGUAR XJ40 #1

0

Donner forme a un roadtrip nécessite parfois un peu de temps. Dans le cas présent, c’est même une année entière qui s’est écoulée entre le choix de la destination – les îles Hébrides, au large de l’Ecosse – et le jour du départ. Un délai de réflexion nécessaire à l’élaboration de l’essentiel dans ce genre de projet : la manière de profiter au mieux des quelques 3500 km de cette immense boucle.

PROLOGUE : LA COTE EST ANGLAISE

SCO_04

Mon programme a beau se concentrer sur les régions situées au nord des Pennines, au moment de débarquer du Shuttle, tout cela me parait encore bien lointain. D’ailleurs, entre deux champs de colza, je me prends soudain à méditer sur mes ambitions : je ne me suis laissé qu’une semaine jusqu’au billet retour. En habitué de ce genre de marathons, je sais qu’il ne faudra pas flancher.

Ayant largement couvert l’ouest et le centre l’an dernier entre Portsmouth et Macclesfield, la remontée se fera par le flanc est cette fois. J’abandonne donc l’autoroute juste en dessous de Peterborough pour rejoindre les environs de Louth par les A-roads. Les paysages n’ont rien de grandiose, mais la vue de polders tranche assez nettement avec l’image que l’on se fait de la campagne anglaise. Au bout quelque part, il y a la mer, mais on ne la devine qu’à l’odeur. Surtout dans cette poissonnerie en friche qu’est Grimsby.

Une fois franchi le Humber Bridge, une épaisse brume se joint au voyage. Arrivé à Scarborough, je n’y vois pas à 20 mètres. Voila qui gâche un peu la traversée des North York Moors, et plus grave, commence à sérieusement me ralentir. Ce n’est qu’au prix de quelques heures un peu grises, et sans vraiment m’en apercevoir, que je franchirai la frontière.

DE PERTH A STONEHAVEN

Jusqu’ici, la voiture elle-même s’est un peu fait oublier. Pourtant c’est bien la perspective de ce roadtrip qui a orienté ma décision d’acheter une XJ40 : un engin capable d’avaler les kilomètres en souplesse sans trop compromettre les driving thrills. Et si les itinéraires côtiers ne présentaient pas de challenge particulier, à présent ce sont les montagnes qui se rapprochent. Je ne vais plus tarder à être fixé sur mon choix.

Dès la sortie de Perth, je rejoins l’A93, une ancienne route militaire qui traverse les Cairngorms et se trouve également être la plus haute du pays. Le paysage passe rapidement du vert au jaunâtre pour devenir parfaitement désertique au moment d’atteindre la station de ski de Glenshee. Pendant ce temps au volant, les courbes succèdent aux cuvettes et l’exercice s’avère plutôt concluant.

A Ballater mon itinéraire m’emmène à travers les bois vers l’est, pour rejoindre le port de Stonehaven par Banchory. Le fait de pouvoir conclure cette journée en altitude par un fish & chips en bord mer, rappelle à quel point la géographie du pays est concentrée.

DE STONEHAVEN A ULLAPOOL

C’est à nouveau une journée chargée qui m’attend. Mon point de départ, Stonehaven, se trouve à l’extrême est du pays, tandis que le ferry sur lequel je dois embarquer à 17h00 part lui de l’extrême ouest, à Ullapool.

Pour abattre les 170 miles du trajet – ce qui au rythme du réseau routier écossais est plus conséquent que le chiffre ne peut le laisser croire – j’évalue les deux principaux itinéraires. L’un reprend le trajet de la veille jusqu’à Ballater pour rejoindre Inverness par Tomintoul et l’A939. L’autre, qui sera mon choix, m’amène au même point en décrivant une parabole le long de l’A96. La campagne est belle, mais à la réflexion le nord des Cairngorms aurait sans doute été plus impressionnant. Tant pis.

A partir d’Inverness, les éventuels regrets sont vite oubliés. Il n’y a qu’une route vers l’ouest (A835) et elle va se révéler grandiose. Les lochs font soudain irruption dans le voyage, dominés de part et d’autre par des collines de plus en plus abruptes. La Jaguar, elle, suit le cours d’eau sur un long ruban de bitume, parfaitement dans son élément. Les quelques courbes ont un rayon immense, la visibilité est parfaite et le rythme local s’installe sans y penser. Un peu d’avance à Ullapool ne me fera pas de mal, car la journée n’est pas terminée : la suite va se jouer à 3h de mer d’ici, sur les Iles Hébrides.